.: ABC du Vin :.
Appellations et Crus classés
A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T V W Z
CA CH CL CO CR CU
CHA CHE CHI CHO CHÂ CHÉ

Château Soutard

Catégorie de l'appellation
Classement Grand cru Classé de Saint-Emilion
Date du classement 16/06/1955 Grand cru Classé, 17/11/1969 Grand cru Classé, 23/05/1986 Grand cru Classé, 08/11/1996 Grand cru Classé, 12/12/2006 † Grand cru Classé, 29/10/2012 Grand cru Classé
Carte
Caractéristiques géographiques
Pays France
Région Bordelais
Sous-région Saint-Emilion
Commune(s)
  • Saint-Emilion.

Sol Argile, calcaire, sable
Superficie (ha) 22
Climat Océanique
Couleurs et cépages
Couleur(s) Rouge
Encépagement Merlot, Cabernet franc
Production (hl)
Dégustation
Type de vin Vin à la robe pourpre aux arômes de fruits noirs et rouges (cassis, cerise, mûre, myrtille) avec des notes d'épices et de sous-bois marqué par des tannins solides et fondus.
Température de service 16 °C à 18 °C
Garde potentielle 15 à 30 ans
Autres informations
Appellation(s) rattachée(s) Saint-Emilion
Appellation(s) de repli(s)
Site internet Site de la propriété ou du propriétaire
Caractéristiques
.: ABC du Vin :.

Présentation :
Propriété de 27 hectares située au nord-est de Saint-Émilion à proximité des châteaux Cadet-Piola et Larmande appartenant au même propriétaire et du château Balestard-la-Tonnelle.
Le château est entouré des bâtiments techniques avec un parc dont les quatre entrées sont situées au quatre points cardinaux et donnent sur le vignoble.
Le vignoble d'un seul tenant de 22 hectares (70 % Merlot, 30 % Cabernet franc) est installé sur un coteaux argilo-calcaire à un des points les plus élevés du plateau calcaire de Saint-Émilion. Le vignoble du plateau calcaire a une étendue de 16 hectares, 2 hectares sur le coteau et en bas de côte, 4 hectares sont disposés sur de l’argile mêlé de sable.
Passé de 18 à 22 hectares lors des différents classements.
Le vignoble possède la même superficie depuis la fin du 19ème siècle.
Le terme de Soutard viendrait du nom de famille anglais Southard. Peut être un sujet britannique resté en France après la bataille de Castillon du 17 juillet 1453.

Histoire :
La première trace que l'on puisse trouver à propos de ce domaine remonte à 1513 et l'existence d'un bourdieu (en gascon, bâtiment d'une exploitation, terme qui s'est étendu par la suite à l'ensemble d'une exploitation agricole) nommé Mayne de Soutard autour d’une ferme et d’un moulin.
En 1620, le bourdieu de Soutard appartient à Elie Gréau, avocat, lieutenant assesseur civil et criminel et commissaire examinateur de Saint-Émilion. Le domaine s'étend jusqu'au château Larmande.
En 1699, Jean Coutures ou Coustures qui sera à compter du 24 juin 1702 jurat, prud'homme et lieutenant de police municipale de Saint-Émilion achète le bourdieu de Soutard.
Après le décès de Jean Coutures, c'est sa fille Marie Coustures épouse de ? Combret (de Faurie ?) qui héritera du domaine et l'agrandira grâce à des héritages. Elle fait édifier un château, les travaux s'étalant entre 1741 et 1762.
En 1762, c'est Jean Combret de Faurie (?-1804), ancien officier d'infanterie et fils de Marie Coustures ou Coutures, qui dirige le domaine. Il crée un vignoble en faisant creuser, comme les romains avant lui, des sillons parallèles dans le sol calcaire afin de pouvoir planter la vigne. Ce qui est révolutionnaire pour son époque où le vignoble était planté en foule. Il ajoute également au château un parc d'agrément et des dépendances.
Le 10 février 1768, Jean Combret de Faurie épouse Marguerite Berthomieu. Ils n'auront pas d'héritiers direct.
En 1779, Jean Combret de Faurie devient jurat de Saint-Émilion.
En 1804, après le décès de Jean Combret de Faurie, c'est son neveu, Jacques Combret-Milon qui hérite du domaine. Celui-ci ne va le conserver que sept années.
Le 13 juillet 1811, Jacques Combret de Faurie cède le domaine à Jean Laveau (?-1836) dit le fils de l'aîné pour la somme de 65000 francs. Jean Laveau est alors propriétaire du château Le Mayne qui deviendra plus tard le château Grand-Mayne. Le château Soutard possède alors une superficie d'environ 110 hectares et un vignoble de 32 hectares.
Après son décès en 1836, c'est son arrière-petite-fille Marie d'Allard (?-1873) qui hérite du domaine avec les propriétés de Petit-Faurie, La Tonnelle, les Agrières, la Paillette et Villemaurine. Elle a épousé en 1816 Jérôme Barry-Berthomieu (1790-?), fils de Pierre Bonaventure Barry-Berthomieu lieutenant criminel au présidial de Libourne en 1771 et trésorier de France au bureau des finances de la généralité de Bordeaux en 1789, qui était propriétaire de château Beauregard à Pomerol et château du Gazin à Saint-Michel de Fronsac (appellation Canon-Fronsac).
En 1851, le domaine est divisé en trois lots qui donnent naissance aux châteaux Petit-Faurie de Souchard, Petit-Faurie de Soutard et Soutard.
Le château Soutard possède alors une superficie de 32 hectares. Il se compose du château actuel, des bâtiments techniques et du parc. Le vignoble se compose d'une grande pièce de 19 hectares située au nord-est du château, de trois autres pièces appelées les Grandes Agrières, la Paillette et la Tonnelle de plus de quatre hectares et le reste du domaine totalise neuf hectares réparti en plusieurs pièces de terre en labour, pré, garenne et vigne situées à Petit-Faurie, Larmande et Fonlambert. A compter de cette vente, le domaine est laissé en métayage.
En 1867, le domaine obtient une médaille d'or à l'exposition universelle.
Après le décès de Marie Barry-Berthomieu d'Allard le 15 avril 1873, Adolphe d'Allard (1828-1900), maire de Saint-Émilion de 1860 à 1870, qui a épousé en 1856 Berthe de Carles (1836-1906), neveu "adoptif" de celle-ci hérite du domaine. Il reprend la direction du domaine et ajoute deux tours mansardées au château.
Le 30 septembre 1895, le château est donné à Raoul d'Allard (?-1909) et après son décès en 1909 le domaine échoit à Marie d'Allard (1862-?) qui a épousé en 1890 le baron Henri du Foussat de Bogeron (1849-1921) et apporté en dot une partie du domaine familial, le cru Badette d'Allard. Le baron créant le château Haut-Sarpe à partir du cru Badette d'Alard qui prend alors le nom de Cru Badette du Foussat et de divers vignobles rachetés sur le plateau de Sarpe.
Par ailleurs, il fait parti des fondateurs de la caisse locale du crédit agricole mutuel de Saint-Émilion en 1905 dont il prendra la direction à compter de 1909. Il était également propriétaire du château Courteillac à Blasimon et un des acteurs de la replantation du vignoble avec des cépages greffés dès 1880.
A compter de 1909, Henri du Foussat de Bogeron assurera la direction du château Soutard.
Le 20 septembre 1919, la fille de Marie d'Allard et d'Henri du Foussat de Bogeron, Jeanne (1882-1979) épouse Michel des Lignéris (1885-?) qui prendra la direction du domaine après le décès du baron du Foussat de Bogeron.
A compter de 1921, le domaine sera dirigé par la famille des Ligneris mais restera la propriété de Jeanne du Foussat de Bogeron jusqu'à son décès.
Jacques succédera à son père et dirigera le domaine durant une quarantaine d'années.
En 1955, le domaine intègre le premier classement des grands crus classés de Saint-Émilion dans la catégorie premier grand cru classé.
A compter de 1969, la mise en bouteille au domaine devient obligatoire pour l'appellation Saint-Émilion Grand cru et pour les Grands crus classés.
En 1973, le second vin est créé essentiellement à partir des parcelles récemment planté.
Après le décès en 1979 de Jeanne du Foussat de Bogeron, le domaine est transmis en indivision entre François des Lignéris et ses deux soeurs Hélène et Isabelle.
A partir de 1988, c'est François de Ligneris qui prend en charge la vinification du domaine.
En septembre 2006, rachat du domaine par la société d'assurances la Mondiale à la famille Des Ligneris pour une somme avoisinant les 35 millions d'euros. La Mondiale à cette époque est déjà propriétaire, à proximité du château Soutard, du château Larmande et du château Grand Faurie la Rose.
La direction du domaine est assurée par Claire Thomas-Chenard, œnologue de formation et Véronique Corporandy, maître de chai à compter de 2006, en provenance du château Larmande.
A partir de 2008, l'architecte Fabien Pédelaborde, dirige la rénovation du château et la construction d'un nouveau cuvier et l'agrandissement des chais inaugurés en 2011.
En 2010, la rénovation du château est terminé.
En 2011, le domaine s'est équipé d'un canon antigrêle qu'il partage avec le Château Cadet-Piola † et le château Larmande, propriétés du groupe AG2R La Mondiale.
Le domaine est géré par l'équipe du château Larmande sous la direction de madame Claire Thomas-Chenard.
En juin 2011, le nouveau chai est inauguré.
Le domaine est dirigé en agriculture raisonnée.
En 2012, le vignoble du Château Cadet-Piola † est intégré au vignoble du château Soutard.
Le 29 octobre 2012, le domaine intègre, après la proposition du 6 septembre 2012 de l'Institut National de l'Origine et de la Qualité (INAO), le classement officiel des crus de l'AOC Saint-Émilion Grand Cru dans la catégorie : Grand Cru Classé.
En mai 2014, Olivier Brunel devient le chef de culture du domaine en remplacement de Francis Bellet parti à la retraite et le vignoble est conduit en agriculture biodynamique non certifiée. La même année, Claire Thomas-Chénard quitte le domaine pour prendre la direction du château Camensac.
En juin 2017, la société d’assurances AG2R La Mondiale, rachète le domaine voisin château Petit-Faurie-De-Soutard.

Les vins :
Densité moyenne de plantation : 7000 pieds/ha.
Vendanges manuelles.
Élevage de 18 mois en fût de chêne (70 % neuf).
Le second vin du domaine porte le nom de : Les Jardins de Soutard.
Existe depuis le millésime 2006. Auparavant, il s'appelait Clos de la Tonnelle † du millésime 1973 au millésime 2005.
Élevage de 16 mois en fût de chêne (40 % de barriques neuves).
Dernière modification: 12 Décembre 2017
Éditeurs: Sylvain Torchet
< Page d'accueil Dictionnaires | Top 10 | A propos | Liens | Connexion ^ Haut de la page
© 2008 Sylvain Torchet XHTML | CSS Powered by Glossword 1.8.13