.: ABC du Vin :.
Appellations et Crus classés
A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T V W Z
CA CH CL CO CR CU
CHA CHE CHI CHO CHÂ CHÉ

Château Climens

Catégorie de l'appellation
Classement Cru Classé du Sauternais
Date du classement 18/04/1855 1er Cru classé de Sauternes
Carte
Caractéristiques géographiques
Pays France
Région Bordelais
Sous-région Sauternais
Commune(s)
  • Barsac.

Sol Calcaire, sable
Superficie (ha) 29
Climat Océanique
Couleurs et cépages
Couleur(s) Blanc
Encépagement Sémillon
Production (hl)
Dégustation
Type de vin
Température de service
Garde potentielle
Autres informations
Appellation(s) rattachée(s) Barsac
Appellation(s) de repli(s)
Site internet Site de la propriété ou du propriétaire
Caractéristiques
.: ABC du Vin :.

Présentation :
Domaine de 30 hectares situé à proximité des Châteaux Caillou, Coutet, Doisy-Daëne, Doisy-Dubroca et Doisy-Védrines au sud-ouest de la commune de Barsac à proximité de l'autoroute A62.
Le vignoble, d'un seul tenant et d'une superficie de 29 hectares (100 % Sémillon) est installé sur un plateau a une altitude moyenne de 12 mètres. Il est constitué de sables argileux et ferrugineux et de galets sur un socle calcaire en légère pente.
Particularité, la superficie du vignoble n'a sans doute pas variée depuis sa création.
Le nom du domaine n'a pas d'origine clairement défini, mais au 15ème siècle, il existait un Jehan Climens qui percevait les droits de chargement des bateaux sur la Garonne. A noter qu'en Gascon, Climens serait le dérivé du prénom Clément et qu'il pourrait également désigné en patois une terre pauvre.

Histoire :
L'histoire du domaine remonte au moins au début du 16ème siècle. Dès le début du 16ème siècle, Jacques Roborel (1460-1530), notaire royal achète des terres sur la commune de Barsac. Son fils Guirault Roborel, procureur du Roi à Barsac continue l’œuvre de son père et en 1547, achète des terrains au lieu-dit "Climens Oli". En une cinquantaine d'années, le domaine s'est constitué. La maison noble des Roborel se trouve alors située dans Barsac près de l'église Saint Vincent.
Le domaine restera dans la famille Roborel de Climens durant le 18ème siècle. Lors de la Révolution française, Jean-Baptiste Roborel (1742-1800), avocat et procureur de la commune de Cérons en 1791 et qui a succédé à la tête du domaine à son père Bernard Roborel de Climens (1693-1777), déclare devant le tribunal révolutionnaire que son domaine de Barsac est entièrement dévasté.
Après son décès en 1800, ses héritiers cèdent le domaine à Jean Binaud. Le vignoble possède alors une superficie de 27 hectares et à compter de cette date, il est recensé sous le nom de Binaud, Clément, Climens ou Climenz.
Jean Binaud fera ériger le château actuel, qui est un simple pavillon avec un étage, flanqué de deux tours carrées.
Entre 1835 et 1846, le domaine est racheté par la famille Lacoste, famille de négociants bordelais dont l'un des membres, Eloi Lacoste sera maire de Barsac de 1844 à 1860.
En 1855, le domaine est désigné parmi les 1ers Crus des vins blancs de la Gironde lors du classement pour l'exposition universelle organisée par Napoléon III.
Alfred Ribet, banquier, déjà propriétaire du château Peixotto † rachète le domaine en 1871 et revend le château Peixotto † en 1872 au château Rabaud pour se consacrer uniquement au château Climens. Le domaine possède alors un vignoble d'une superficie de 27 hectares et est complanté à 80 % de Sémillon et 20 % de Muscadelle et Sauvignon.
En 1885, Alfred Ribet ruiné par de mauvaises opérations financières et par la crise du phylloxéra qui ravage ses vignobles est obligé de vendre ses différents biens et de s'expatrier en Algérie comme directeur du contentieux des chemins de fer d’Oranie.
Henri Gounouilhou (1853-1913), fils d'un important imprimeur bordelais et directeur du journal de la Petite Gironde, reprend le château Climens alors que celui-ci est envahie par le phylloxéra. Celui-ci est déjà propriétaire du château Doisy-Dubroca de par son mariage en 1880 avec Marguerite Dubroca (1862-1947).
Henri Gounouilhou va replanter l'intégralité du vignoble (dans les mêmes proportions que précédemment) et va rénover dans le même temps les bâtiments de la propriété.
Le domaine va alors connaître une progression fulgurante et devenir le seul rival réel du château d'Yquem.
Après le décès d'Henri Gounouilhou, un de ses quatre fils, Marcel Gounouilhou (1882-1939), directeur du journal La petite Gironde, va prendre la direction du domaine et poursuivre le travail commencé par son père.
Pendant la deuxième guerre mondiale, le domaine reste en indivision entre les héritiers Gounouilhou.
En 1971, les héritiers Gounouilhou vont vendre le domaine en même temps que le château Doisy-Dubroca à Lucien Lurton propriétaire de nombreuses propriétés dans le Médoc tels château Bouscaut, château Desmirail ou château Durfort-Vivens. Celui-ci cède alors 3 hectares de vignoble à la famille Heeter-Tari qui vient d'acquérir le château Nairac. Le vignoble possède alors une superficie de 27 hectares et l'encépagement est de 90 % Sémillon, 10 % Sauvignon.
En 1973, Emile Peynaud devient l'oenologue conseil du domaine.
En 1986, la superficie du vignoble est de 35 hectares (98 % Sémillon, 2 % Sauvignon).
En 1992, Bérénice Lurton prend la direction du domaine.
Frédéric Nivelle est le directeur technique du domaine.
Depuis le millésime 2010, le vignoble est cultivé en biodynamie. Le premier millésime certifié en agriculture biologique est le millésime 2013.

Les vins :
Densité moyenne de plantation : 6600 pieds à l'hectare.
Production moyenne : 270 hl/an.
Âge moyen du vignoble : 35 ans.

.: ABC du Vin :. Blanc liquoreux :
Rendement moyen : 7 hl/ha.
Élevage de 20 à 24 mois en fût de chêne (40 % neuf).
Particularité, le grand vin du domaine est commercialisé lorsqu'il est prêt à boire, à l'instar de château Latour.
Le second vin du domaine porte le nom de : Cyprès de Climens.
Dernière modification: 12 Mars 2018
Éditeurs: Sylvain Torchet
< Page d'accueil Dictionnaires | Top 10 | A propos | Liens | Connexion ^ Haut de la page
© 2008 Sylvain Torchet XHTML | CSS Powered by Glossword 1.8.13