.: ABC du Vin :.
Appellations et Crus classés
A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T V W Z
CA CH CL CO CR CU
CHA CHE CHI CHO CHÂ CHÉ

Château Quintus

Catégorie de l'appellation
Classement Grand cru Classé de Saint-Emilion
Date du classement 16/06/1955 Grand cru Classé, 17/11/1969 Grand cru Classé, 23/05/1986 Grand cru Classé, 08/11/1996 Grand cru Classé, 12/12/2006 † Non classé, 29/10/2012 Grand cru Classé
Carte
Caractéristiques géographiques
Pays France
Région Bordelais
Sous-région Saint-Emilion
Commune(s)
  • Saint-Emilion.

Sol Argile, calcaire
Superficie (ha) 31
Climat Océanique
Couleurs et cépages
Couleur(s) Rouge
Encépagement Merlot, Cabernet franc
Production (hl)
Dégustation
Type de vin Vin à la robe pourpre aux arômes de fruits noirs et rouges (cassis, cerise, mûre, myrtille) avec des notes d'épices et de sous-bois marqué par des tannins solides et fondus.
Température de service 16 °C à 18 °C
Garde potentielle 15 à 30 ans
Autres informations
Appellation(s) rattachée(s) Saint-Emilion
Appellation(s) de repli(s)
Site internet Site de la propriété ou du propriétaire
Caractéristiques
.: ABC du Vin :.

Présentation :
Propriété de 31 hectares dominant la vallée de la Dordogne.
Le domaine est situé à l'extrémité du plateau de Saint-Émilion sur un promontoire (tertre) à 79 mètres d'altitude, à proximité de Château L'Arrosée et du Château Fonplégade.
Le vignoble de 28 hectares (66 % Merlot, 26 % Cabernet franc, 8 % Cabernet-sauvignon) est d'un seul tenant et se situe sur la pente, exposée vers le sud, descendant du plateau de Saint-Émilion vers la voie de chemin de fer Libourne-Bergerac.
Le sol est argilo-calcaire avec présence de sable.
L'ancien nom du domaine vient de la présence au Moyen-Âge d'une tour de guet située sur ce tertre, Daugay en gascon signifiant du guet.
En février 2012, le domaine est rebaptisé château Quintus car c’est le cinquième domaine repris par la société Domaine Clarence Dillon.
Selon le communiqué de presse, Quintus est également le prénom donner par coutume au cinquième enfant chez les gallo-romains.
Par ailleurs, la disposition géographique du vignoble de la propriété avec ses coteaux et parcelles qui s’orientent vers les quatre points cardinaux, et qui s’inclinent face au ciel vers lequel les vignerons se tournent au quotidien pour en connaître l’augure.
Le vin, une naissance et un assemblage fin de 5 éléments majeurs : la terre qui nourrit la vigne, l’eau qui éteint sa soif, le feu du soleil qui lui donne la vie, le métal des outils du vigneron qui cisèlent les coteaux au fil des âges et le bois des barriques qui abritent le vin en lui conférant ses arômes.
A savoir également qu'en 1929, le domaine fut débaptisé et renommé château Quintus de Vassal avant de reprendre son nom de château Tertre Daugay.

Histoire :
Le domaine est très ancien et appartint durant plus de 150 ans à la famille Alezais.
Philippe Alezais (1756-1827) en était le propriétaire à la fin du 18ème siècle.
Par le jeu des successions, la propriété sera morcelée.
En 1867, le domaine « Daugay » obtient une médaille d'or à l'exposition universelle et c'est Philippe Alezais (1800-1887) qui en est alors le propriétaire.
Le 28 juin 1856, Adeline Alezais (1825-?) épouse Raymond Philippe Duburg (1832-1867) et devient officiellement la fille adoptive de Philippe Alezais le 30 juillet 1872 et par là même, l'unique héritière du domaine.
En 1881 et 1886, trois propriétaires sont cités à Daugay : Philippe Alezais (8 tonneaux), Robin, gendre H. Greloud, et la veuve Bourricaud associée à R. Chaperon fils.
En 1893, Féret dans son Bordeaux et ses vins cite la Veuve Duburg (Adeline Alezais), Albert-Robin (?) Chaperon et Eugène Robin (1845-1930), administrateur de la Banque de France, négociant en vins et futur propriétaire du château La Dominique par son mariage avec Henriette Greloud le 21 juin 1876, comme propriétaires à Daugay.
En 1898, les propriétaires à Daugay cités sont : Raimond Philippe Duburg (1860-?), fils unique de Raymond Philippe Duburg, Fernand Chaperon, banquier et Eugène Robin, propriétaire du Tertre de Daugay.
En 1908, idem, veuve Duburg, Fernand Chaperon et Eugène Robin pour le Tertre de Daugay avec une superficie d'une dizaine d'hectares.
Après la première guerre mondiale, on retrouve comme propriétaire du Tertre de Daugay, Alfred Dominique Giovetti (?-1919) pour la partie ayant appartenu à Eugène Robin et celle de Fernand Chaperon et Hubert Gouteyron, époux de Jeanne Duburg, fille de Raimond Philippe Duburg pour le château Tertre Daugay.
Après le décès en 1919, d'Alfred Giovetti, le Tertre de Daugay est hérité par André Giovetti qui épouse le 21 août 1920 Claire de Vassal et le domaine prend l'étampe château Tertre Daugay de Vassal.
En 1929, le château Tertre de Daugay de Vassal change de nom et devient Château Quintus de Vassal. Pour l'anecdote, le millésime 1929 produit par le Château Quintus de Vassal était un des vins préférés de Carl Gustaf Emil Mannerheim (1867-1951), 6ème président de la république de Finlande (1944-1946).
En 1932, Hubert Gouteyron cède à Léon Galhaud, propriétaire du Château Le Couvent, pour la somme de 170000 francs le château Tertre Daugay. La même année, le château Quintus de Vassal est repris par Léon Galhaud. Celui-ci achète peut être également une autre parcelle de vigne située à Daugay à un monsieur Barnetche.
Léon Galhaud réunit ses nouvelles possessions sous une seule étiquette : château Tertre-Daugay ou château Tertre de Daugay.
En 1955, le domaine est classé Grand cru classé de Saint-Émilion.
En 1962, Jean-Marie Moueix, propriétaire du château Fonplégade, reprend des parcelles du château Tertre-Daugay situées dans le vignoble de château Fonplégade afin de remembrer celui-ci.
En 1969, le domaine est classé Grand cru classé de Saint-Émilion.
A compter de 1969, la mise en bouteille au domaine devient obligatoire pour l'appellation Saint-Émilion Grand cru et pour les Grands crus classés.
La propriété sera ensuite dirigée par Jean-Jacques Galhaud et connaîtra un lent déclin, comme la plupart des crus bordelais, mais restera possession de la famille Galhaud jusqu'en 1978.
En 1978, le domaine est racheté par le comte Léo de Malet Roquefort, propriétaire de Château la Gaffelière, associé à parts égales à l'Union française de gestion (UFG) lors d'une vente aux enchères à la bougie.
En 1986, le domaine est classé Grand cru classé de Saint-Émilion lors de la révision décennale.
En 1996, le domaine est classé Grand cru classé de Saint-Émilion.
Le 12 décembre 2006, le domaine ne fait pas partie du classement des grands crus de Saint-Émilion (classement annulé depuis).
En 2009, les cuviers et le chai à barriques sont rénovés.
En juin 2011, le domaine est repris par la société Domaine Clarence Dillon, propriétaire de château Haut-Brion et château la Mission Haut-Brion.
En février 2012, le domaine est rebaptisé château Quintus.
Le 29 octobre 2012, le domaine intègre, après la proposition du 6 septembre 2012 de l'Institut National de l'Origine et de la Qualité (INAO), le classement officiel des crus de l'AOC Saint-Émilion Grand Cru dans la catégorie : Grand Cru Classé.
Le responsable du vignoble est Pascal Baratié.
Le 29 mai 2013, le château l'Arrosée mitoyen du vignoble du domaine est racheté et son vignoble de 9,5 hectares (60 % Merlot, 20 % Cabernet franc, 20 % Cabernet-sauvignon) est intégré au vignoble du château Quintus. Dans le même temps, le château l'Armont, également propriété de Roger et Jean-Philippe Caille, créé en 2002 et détaché du château L'Arrosée † est également repris. Le vignoble de 3,80 hectares est également ajouté au château Quintus. Afin de permettre cette intégration, le château Quintus ne revendique plus le titre de Saint-Émilion grand cru classé à compter du millésime 2013.
Le régisseur du domaine est François Capdemourlin.

Les vins :
Densité moyenne de plantation : 5800 pieds à l'hectare.
Vendanges manuelles.
Rendement moyen : 35 hl/ha.
Production moyenne du domaine : 540 hl.
Depuis 2011, le vin du domaine est embouteillé dans une bouteille à la forme particulière des bouteilles du château Haut-Brion du 19ème siècle.
Le second vin du domaine porte le nom de : Le Dragon de Quintus.
Existe depuis le millésime 2011. Auparavant il s'appelait Château de Roquefort (Saint-Émilion grand cru).
Un autre vin est également produit dans la catégorie Saint-Émilion grand cru : Saint-Emilion de Quintus.
Création avec le millésime 2014.
Auparavant il s'appellait : Château Haut Daugay †.
Produit dans l'appellation Saint-Émilion grand cru jusqu’au millésime 2013.
Dernière modification: 27 Octobre 2019
Éditeurs: Sylvain Torchet
< Page d'accueil Dictionnaires | Top 10 | A propos | Liens | Connexion ^ Haut de la page
© 2008 Sylvain Torchet XHTML | CSS Powered by Glossword 1.8.13