.: ABC du Vin :.
Appellations et Crus classés
A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T V W Z
CA CH CL CO CR CU
CÔT

Côte Rôtie

Catégorie de l'appellation
Classement AOC
Date du classement 18/10/1940
Carte
Caractéristiques géographiques
Pays France
Région Vallée du Rhône
Sous-région Rhône
Commune(s)
  • Rhône :
    Ampuis, Saint-Cyr-sur-le-Rhône, Tupin-et-Semons.

Sol Granit, Schiste
Superficie (ha) 230
Climat Méditerranéen
Couleurs et cépages
Couleur(s) Rouge
Encépagement Cépage principal : Syrah. Cépage secondaire (20 % maximum) : Viognier.
Production (hl) 8599
Dégustation
Type de vin Vin a la robe grenat foncée, tannique, gras et très concentré aux arômes de fruits noirs (cassis, myrtille, mûre) et rouges (cerise, fraise, framboise, groseille) avec des notes florales (violette) et épicées (canelle, poivre, réglisse) évoluant en vieillissant vers la truffe, la vanille et le gibier. Les vins de la Côte Blonde sont plus tendres que ceux de la Côte Brune.
Température de service 16 °C à 18 °C
Garde potentielle 10 à 20 ans
Autres informations
Appellation(s) rattachée(s)
Appellation(s) de repli(s)
Site internet Site du syndicat viticole de l'appellation
Caractéristiques
.: ABC du Vin :.

Présentation :
Appellation de la vallée du Rhône septentrionale situé sur le bord orientale du Massif central, située dans le département du Rhône, à 7 kilomètres au sud-ouest de Vienne, sur la rive droite du Rhône et à 30 kilomètres au sud de Lyon.
Le vignoble s'étend sur trois communes (Ampuis, Saint-Cyr sur Rhône, Tupin-Semons) s'étirant sur environ 3 kilomètres et se compose de 54 lieux-dits et est aménagé en terrasses sur des coteaux granitiques à très forte pente (jusque 60 %) avec des vignes cultivées sur échalas et une exposition principalement vers le sud-est.
Deux zones se distinguent :
La Côte blonde située sur un sol granitique avec des sables argileux retenus par des murets en pierre sèche (Cheys) au sud de l'appellation, à l'ouest d'Ampuis.
Deuxième zone, séparée de la Côte Blonde par des ravins profonds creusés par le ruisseau de Fontgent, la Côte brune, située au nord d'Ampuis avec un sol a la couleur sombre d'argile et de micaschistes produisant un vin plus corsé.
Mais il existe d'autres zones, du sud au nord : le Mollard, les Mouronnes, la Landonne et la Vieillère.
Le climat est de type continental atténué par les remontées méditerranéennes le long de la vallée du Rhône.
Le nom de l'appellation pourrait avoir pour origine son ensoleillement : Côte brûlée.
La légende veut que les noms de Côte blonde et Côte brune viennent de la couleur des cheveux des deux filles du seigneur de Maugiron, seigneur d'Ampuis qui se partagèrent la seigneurie de leur père.

Histoire :
La création du vignoble dans cette partie de la vallée du Rhône remonte à l'époque romaine avec le vin produit par les Allobroges sous le nom de vin de Vienne.
Dès le début du 3ème siècle après J.C. la présence de la vigne est avérée à Saint-Romain-en-Gal (3 kilomètres au nord de Saint-Cyr sur le Rhône) alors quartier artisanal et résidentiel de Vienne qui était alors une des principales villes de la Gaule romaine avec notamment une mosaïque du calendrier agricole.
Après la chute de l'empire romain, le vignoble continue d'exister certainement avec l'aide des abbayes bénédictines proches.
En 889, Un acte daté d'un vendredi du mois d'avril, indiquerait que Rostaing et son épouse Andelmonde lèguent à l'église de Vienne deux vignes et quelques terres situées dans le comté de Vienne, in villa Ampusio, tout en se réservant l'usufruit la vie durant (Annales des sciences physiques et naturelles, d'agriculture et d'industrie, 1907).
Au Moyen-Age, les vins produits sont principalement consommés localement (Lyon, Vienne).
Selon un livre de 1905, Histoire et généalogie de la famille de Maugiron, en Viennois, 1257-1767, par Humbert Jacquier de Terrebasse (1842-1927), le 5 mai 1582, les habitants d'Ampuis recevant Laurent de Mongiron (1528-1589) et Charles II de Lorraine (1554-1611), duc de Mayenne, firent un présent de leur vin renommé.
Au 17ème siècle, les vins de Côte Rôtie se diffusent vers le nord de la France grâce à la navigation sur la Loire et l'ouverture des canaux de Briare (1642), puis d'Orléans (1691). Cela va permettre au vignoble de prospérer. A cet époque des essais pour produire des vins blancs sont effectués avant d'être abandonnés. Ce qui pourrait expliquer la présence du Viognier dans l'encépagement local.
Martin Lister dans A journey to Paris parle des vins d'Hermitage et de Coste Bruslee (traduit en Côte Rôtie en 1873). Ce serait la plus ancienne mention du vignoble de la Côte Rôtie.
Le 19ème siècle va entraîner une période de crise avec les maladies (oïdium, phylloxéra puis mildiou) et la guerre de 1870.
En 1889, le vignoble de la Mouline est arraché suite à la crise phylloxérique.
Au 20ème siècle, le vignoble de Côte Rôtie continuera de connaître la crise avec la première guerre mondiale et l'exode rural avec l'industrialisation naissante.
Le 18 octobre 1940, publié le 24 octobre 1940 au Journal Officiel, est signé le décret d’appellation d’origine Côte-Rôtie pour les communes d'Ampuis et de Tupin-Semons. Le degré alcoolique minimum est alors de 10 °.
La seconde guerre mondiale va provoquer la désaffection pour ce vignoble qui va presque disparaître. Le maraîchage et la production fruitière remplaçant la culture de la vigne. Dans les années 1960, il ne reste plus qu'une dizaine de producteurs.
En 1953, la superficie en production de l'appellation est de 60 hectares.
Le 21 décembre 1966, l'appellation d'origine contrôlée est étendue à la commune de Saint-Cyr sur Rhône.
En 1970, la superficie en production de l'appellation est de 65 hectares.
En 2000, la superficie du vignoble atteint 210 hectares et 250 hectares en 2009, ce qui représente la superficie du vignoble pré-phylloxérique, pour une centaine de producteurs.

Les vins :
Particularité, il est possible d'ajouter jusqu'à 20 % de cépage blanc (Viognier) durant la cuvaison de ce vin rouge.

Conditions de production du décret d'appellation :
  • Densité minimale de plantation : 6000 pieds/ha.
  • Pas de disposition concernant l'irrigation.
  • Rendement de base : 40 hl/ha.
  • Titre alcoométrique volumique naturel minimum : 10,5 %.
  • Titre alcoométrique volumique total maximum autorisé après enrichissement : 13 %.
  • Teneur maximale en sucres résiduels autorisée : 3 g/L pour les vins dont le titre alcoométrique volumique naturel est inférieur ou égal à 13,5 %.
  • 4 g/L maximum pour les vins dont le titre alcoométrique volumique naturel est supérieur à 13,5 %.
  • L'utilisation de morceaux de bois de chêne à toute étape de la vinification ou de l'élevage est interdite.
  • Commercialisation possible à partir du 15 décembre suivant la récolte.
  • Voir aussi : Hermitage
    Dernière modification: 10 Mai 2018
    Éditeurs: Sylvain Torchet
    < Page d'accueil Dictionnaires | Top 10 | A propos | Liens | Connexion ^ Haut de la page
    © 2008 Sylvain Torchet XHTML | CSS Powered by Glossword 1.8.13