.: ABC du Vin :.
Appellations et Crus classés
A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T V W Z
CA CH CL CO CR CU
CHA CHE CHI CHO CHÂ CHÉ

Château Balestard-la-Tonnelle

Catégorie de l'appellation
Classement Grand cru Classé de Saint-Emilion
Date du classement 16/06/1955 Grand cru Classé, 17/11/1969 Grand cru Classé, 23/05/1986 Grand cru Classé, 08/11/1996 Grand cru Classé, 12/12/2006 † Grand cru Classé, 29/10/2012 Grand cru Classé
Carte
Caractéristiques géographiques
Pays France
Région Bordelais
Sous-région Saint-Emilion
Commune(s)
  • Saint-Emilion.

Sol Argile, calcaire
Superficie (ha) 11
Climat Océanique
Couleurs et cépages
Couleur(s) Rouge
Encépagement Merlot, Cabernet franc, Cabernet-sauvignon
Production (hl)
Dégustation
Type de vin Vin à la robe pourpre aux arômes de fruits noirs et rouges (cassis, cerise, mûre, myrtille) avec des notes d'épices et de sous-bois marqué par des tannins solides et fondus.
Température de service 16 °C à 18 °C
Garde potentielle 15 à 30 ans
Autres informations
Appellation(s) rattachée(s) Saint-Emilion
Appellation(s) de repli(s)
Site internet Site de la propriété ou du propriétaire
Caractéristiques
.: ABC du Vin :.

Présentation :
Domaine de 11 hectares situé à proximité des Châteaux La Couspaude, Petit Faurie De Soutard, Sansonnet, Soutard et Villemaurine.
Le vignoble de 10,6 hectares (70 % Merlot, 25 % Cabernet franc, 5 % Cabernet-sauvignon) est installé au sommet d'un coteau argilo-calcaire et sur ​le plateau.
Passé de 9 à 11 hectares lors des différents classements.
Le vignoble est encadré d'une rangée de grands cyprès avec un moulin à vent installé sur un tertre.
Le nom de Balestard vient d'un chanoine de Saint-Émilion et Tonnelle fut rajouté à cause d'une tour de guet ronde datant du 15ème siècle et située au milieu du vignoble du domaine.
A noter qu'un poème de François Villon cite : le divin nectar qui porte le nom de Balestard.

Histoire :
La famille Balestard fut certainement propriétaire des terrains où sont implantés les vignes de ce domaine. Mais on ne trouve aucune trace écrite de ceux-ci pour le moment excepté dans un poème de François Villon (1431-1463 ?) que l'on retrouve sur l'étiquette du domaine:
Vierge Marie, gente déesse,
Garde-moi place en paradis
Oncque n'aurai joie ni liesse
Ici-bas, puisqu'il n'est permis
De boire ce divin nectar,
Qui porte nom de Balestard,
Qu'à gens fortunés en ce monde.
Or, suis miséreux et pauvret,
Si donc au Ciel ce vin abonde,
Viens, doulce Mort, point ne m'effraye,
Porte-moi parmi les élus
Qui, là-haut, savourent ce cru.

Ce qui indique qu'il existerait des vignes en ce lieu depuis au moins le quinzième siècle. On retrouve la famille Balestard au début du 18ème siècle avec en 1703, François Balestard, marchand drapier, qui est jurat et prud'homme de Libourne, poste qu'il conservera au moins jusqu'en 1745.
La famille Balestard traverse apparemment sans trop de heurts la Révolution française et on retrouve un Jolibert Balestard après la Révolution qui décède avant 1835.
Nouveau tunnel.
Armand du Courrech de Raquine (1794-1855) est le propriétaire suivant du domaine.
Après le décès d'Armand du Courrech de Raquine, le domaine passe à Jean-Baptiste Courrech du Raquine.
En 1867, le domaine obtient une médaille d'or à l'exposition universelle. Du Courrech de Raquine est cité comme propriétaire de Balestard la Tonnelle.
En 1874, le domaine est dirigé par Amélie du Courrech de Raquine née de Meredieu, veuve de Jean-Baptiste. Elle dirige le domaine au moins jusqu'en 1886. La superficie du vignoble est alors de 11 hectares.
En 1895, le château Balestard la tonnelle est la propriété de monsieur L. Bertauts-Couture, fils du peintre Thomas Couture.
La propriété passe ensuite à Georges Bertauts-Couture (1885-1957), colonel.
En 1923 : Ernest Berthon (1880-1936), conseiller municipal de 1892 à 1908 de Montagne et président du syndicat viticole de Montagne Saint-Émilion et Saint-Georges Saint-Émilion achète la propriété à Georges Bertauts-Couture.
Après le décès de Ernest Berthon, le domaine est repris par son gendre Roger Capdemourlin.
1942, propriété de Roger Capdemourlin-Berthon.
Le 16 juin 1955, le château Ballestard la Tonnelle obtient la distinction de Grand Cru Classé de Saint-Émilion, rang qu'il conservera jusqu'à aujourd'hui.
En 1963, Jacques Capdemourlin, fils de Jacques, le frère de Roger, rejoint le domaine familial.
A compter de 1969, la mise en bouteille au domaine devient obligatoire pour l'appellation Saint-Émilion Grand cru et pour les Grands crus classés.
En 1974, Jacques Capdemourlin prend la succession de son père à la tête de ce domaine.
En 1983, il réunifie les deux châteaux Cap de Mourlin appartenant à son père (Jacques) et à son oncle (Jean).
Domaine cultivé en agriculture raisonnée.
L’œnologue conseil du domaine est Michel Rolland.
Le 29 octobre 2012, le domaine intègre, après la proposition du 6 septembre 2012 de l'Institut National de l'Origine et de la Qualité (INAO), le classement officiel des crus de l'AOC Saint-Émilion Grand Cru dans la catégorie : Grand Cru Classé.

Les vins :
Le second vin du domaine porte le nom de : Chanoine de Balestard.
Densité moyenne de plantation : 6300 pieds/ha.
Élevage de 15 à 18 mois en fût de chêne (50 % neuf).
Production annuelle moyenne : 400 hl/an.

Conditions de production du décret d'appellation:
  • Densité minimale de plantation : 5500 pieds/ha.
  • Irrigation possible sous condition.
  • Rendement de base : 46 hl/ha.
  • Les vins ne peuvent être issus du seul cépage Petit verdot. La proportion du cépage Petit verdot ne peut excéder 10 % de l'assemblage final.
  • Titre alcoométrique volumique naturel minimum : 11,5 %.
  • La concentration partielle des moûts de raisins est autorisée pour les vins rouges. La mise en œuvre s'effectue sur les moûts et ne peut pas dépasser 15 % du volume maximum du moût de départ (10 % auparavant).
  • Titre alcoométrique volumique total maximal autorisé : 13,5 %.
  • Teneur maximale autorisée en sucres résiduels : 3 g/L.
  • Tous les vins revendiquant l'appellation doivent faire l'objet d'une dégustation avant et après le conditionnement ainsi qu'un an après la mise en bouteille.
  • Élevage obligatoire au minimum jusqu'au 1er février (30 avril auparavant) de la deuxième année qui suit celle de la récolte.
  • Embouteillage obligatoire après le 31 janvier chez le vinificateur ou au sein de l'unité collective de vinification dont les adhérents récoltent les raisins.
  • Commercialisation possible à compter du 15 mai.
  • Dernière modification: 25 Avril 2019
    Éditeurs: Sylvain Torchet
    < Page d'accueil Dictionnaires | Top 10 | A propos | Liens | Connexion ^ Haut de la page
    © 2008 Sylvain Torchet XHTML | CSS Powered by Glossword 1.8.13