.: ABC du Vin :.
Appellations et Crus classés
A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T V W Z
FA FI FL FR FU
FAU

Faugères

Catégorie de l'appellation
Classement AOC
Date du classement 05/05/1982
Carte
Caractéristiques géographiques
Pays France
Région Languedoc-Roussillon
Sous-région Languedoc
Commune(s)
  • Hérault :
    Autignac, Cabrerolles, Caussiniojouls, Faugères, Fos, Laurens, Roquessels.

Sol Schiste
Superficie (ha) 1927
Climat Méditerranéen
Couleurs et cépages
Couleur(s) Blanc / Rosé / Rouge
Encépagement Cépages obligatoires : Mourvèdre (5 % minimum), Syrah (15 % minimum). Cépages secondaires (20 % minimum, présence obligatoire d'au moins un des deux) : Grenache noir, Lledoner pelut. Autres cépages (50 % maximum) : Carignan (40 % maximum), Cinsault (20 % maximum).
Production (hl) 74667
Dégustation
Type de vin
Température de service
Garde potentielle
Autres informations
Appellation(s) rattachée(s)
Appellation(s) de repli(s)
Site internet Site du syndicat viticole de l'appellation
Caractéristiques
.: ABC du Vin :.

Présentation
Appellation située entre Bédarieux et le nord de Béziers sur sept communes situées au nord-ouest du département de l'Hérault sur le flanc sud de la Montagne noire en bordure des monts de l'Espinouse et du Caroux à proximité de l'appellation Saint-Chinian dans une bande de terre de 10 kilomètres de long d’est en ouest et de 4 kilomètres de large.
Le vignoble est disposé sur un sol de schistes gréseux entre 95 et 280 mètres d’altitude sur des coteaux à fortes pentes pouvant monter jusqu'à une hauteur de 700 mètres.
Le climat est de type méditerranéen.
Le nom de l'appellation est issu de la commune éponyme.

Histoire
La viticulture apparaît dans la région Languedoc-Roussillon avec l'arrivée des phocéens qui créent un comptoir situé à Agde au 6ème siècle avant Jésus-Christ.
En juin 2013, on a retrouvé au sud de Lattes dans l'agglomération de Montpellier des traces de vinifications dans un pressoir en calcaire remontant entre - 425 et - 400 avant Jésus-Christ ainsi que des amphores contenant des résidus datant de – 500 à – 475 avant Jésus-Christ.
La diffusion du vignoble dans cette région sera effectuée par les romains lors de la conquête de la Gaule et la région prendra le nom de Gaule narbonnaise à compter de 118 avant Jésus-Christ. Elle s'étend de Vienne sur le Rhône, jusqu’aux Pyrénées.
Dès cette époque, les vins de la région s'exportent dans tout le bassin méditerranéen (Egypte, Grèce, Italie, Turquie...) depuis Sète notamment.
En 92 après Jésus-Christ, l’Édit de l’Empereur Domitien (51-96) ayant pour but de protéger la viticulture italienne, interdit la plantation de toutes nouvelles vignes et même l'arrachage de la moitié des vignes des provinces sous domination romaine.
Après la domination romaine, dès le 8ème siècle, le vignoble continuera pourtant d'exister grâce aux ordres monastiques (abbayes de Gellone à Saint-Guilhem le Désert, Saint-Sauveur à Aniane, Valmagne à Villeveyrac...).
Au 15ème siècle, Jacques Cœur (1400-1456), commissaire des États de Languedoc à compter de 1444 relance l'économie de la région y compris la diffusion de ses vins par l'exportation des produits locaux vers le bassin méditerranéen.
A partir du 16ème siècle, le vignoble va se développer dans les plaines de la région soit par le biais de petites propriétés produisant du vin pour leur propre consommation soit par de grandes propriétés diffusant un vin de faible qualité aux grandes villes de la région (Montpellier, Narbonne).
En 1600, Olivier de Serres (1539-1619) auteur du Théâtre d’Agriculture et mesnage des champs, cite les excellents vins blancs de Loudun en Languedoc.
En octobre 1666, un édit royal décidé par Colbert (1619-1683), lance le creusement du canal du Midi sous la supervision de Pierre-Paul Riquet (1609-1680). Son ouverture en 1681, sous le règne de Louis XIV, permet le développement des échanges avec la façade atlantique.
Dans la région de Faugères, la vigne est présente mais n'est qu'un élément de la polyculture des fermes du secteur qui ont pour activité principale la culture de céréales et l'élevage.
Ce n'est qu'à partir de la Révolution française que le vignoble va commencer à se développer avec l'accroissement de la population.
Au 19ème siècle, la production est quasi-exclusivement consacrée aux vins rouges.
En 1852, la famille Noël Salles va créer l'Eau-de-vie de Faugères qui prendra ultérieurement l'appellation de Fine de Faugères. Cette eau-de-vie entraînera la distillation d'une grande partie de la production du vignoble local. Le vignoble est alors essentiellement blanc (Carignan blanc, Clairette, Terret blanc)
A compter de 1867, le phylloxéra va commencer à détruire le vignoble.
Dès la fin du 19ème siècle, le vignoble est replanté avec des porte-greffes américains dans les plaines du Languedoc et des cépages à très forts rendement (Aramon notamment) afin de produire un vin bon marché et en grande quantité.
Le 6 mai 1919, la première loi sur les appellations d'origine est promulguée.
Le 13 septembre 1936 est effectuée une demande d'appellation contrôlée auprès du Comité national des Appellations d'origine.
23 octobre 1942, création du syndicat de l'appellation d'origine Faugères.
Le 26 mai 1945, l'appellation Fine Faugères est reconnue par le Comité national des Appellations d'origine.
Le 14 janvier 1946 débute la création du dossier de demande de reconnaissance en appellation d'origine vin de qualité supérieure (VDQS) pour les vins de Faugères.
Le 19 mars 1948, l'appellation d'origine réglementée (AOR) est accordée à l'Eau-de-vie de Faugères qui a pour particularité d'être distillée selon les mêmes méthodes que celle du Cognac (alambic à repasse). Le vin utilisé pour produire cette eau-de-vie de vin doit posséder un titre alcoolique entre 8,5 % et 15 %. Le produit distillé doit vieillir au minimum 3 années en fût et posséder un titre alcoolique minimum de 38 %. Dans le même temps sont définis les délimitations géographiques de cette appellation.
Le 18 mai 1955, l'appellation d'origine vin de qualité supérieure (VDQS) Faugères est attribuée pour la production de vins blancs, rosés et rouges dans les délimitations précédemment établie pour l'appellation d'origine réglementée Eau-de-vie de Faugères.
En 1960, le Vin Délimité de Qualité Supérieur Coteaux du Languedoc est créé. Il regroupe sous une même appellation régionale la totalité des VDQS de la région : Coteaux du Languedoc Coteaux de Saint-Christol †, Coteaux du Languedoc Faugères †, Coteaux du Languedoc La Clape †, Coteaux du Languedoc Picpoul de Pinet †, Coteaux du Languedoc Quatourze †, Coteaux du Languedoc Saint-Chinian †, Coteaux du Languedoc Saint-Christol †, Coteaux du Languedoc Saint-Drézery †, Coteaux du Languedoc Saint-Georges d'Orques †.
Le 5 mai 1982, les vins rosés et rouges de Faugères obtiennent l’appellation d'origine contrôlée.
Le 23 février 2005, l'appellation d'origine contrôlée est accordée aux vins blancs de Faugères. La superficie du vignoble est alors d'environ 2000 hectares.
La demande de transformation pour Fine Faugères ou Eau-de-vie de Faugères d'appellation d'origine réglementée (appellation supprimée le 31 décembre 2011 pour cause de règlement de l'Union européenne) en appellation d'origine contrôlée est en cours. Pour le moment, l'appellation bénéficie d'une Indication Géographique (IG) au niveau européen.
Depuis le millésime 2010, les producteurs vendant leurs vins à un prix supérieur à 12 € peuvent apposer sur l'étiquette la mention : Grand Terroir de Schistes. Cela représente environ 30 % de la production de l'appellation.

Les vins :
.: ABC du Vin :.
.: ABC du Vin :.

La production de vins blanc est marginale (2 %).
Vin à la robe jaune aux arômes d'agrumes (citron, pamplemousse), de fruits blancs (abricot) et de fruits exotiques avec une note d’amande grillée.
Température de service : 08-10 °C (46-50 °F).
Garde potentielle : 2 à 5 ans.

.: ABC du Vin :.
.: ABC du Vin :.

Les vins rosés représentent environ 13 % de la production de l'appellation.
Vin à la robe pâle, léger, aux arômes de fruits rouges (fraise, framboise, groseille) et noirs (cassis, mûre).
Température de service : 08-10 °C (46-50 °F).
Garde potentielle : 1 an.

.: ABC du Vin :.
.: ABC du Vin :.

L'essentiel de la production de l'appellation se fait en rouge : 85 %.
Vin a la robe rubis, ample, aux arômes épicés et fruités avec des notes de fumée et de réglisse évoluant sur des notes de cuir et une touche minérale (pierre à fusil).
Température de service : 15-17 °C (59-63 °F).
Garde potentielle : 5 à 10 ans.

Synthèse des conditions de production du décret d'appellation :
  • Densité minimale de plantation : 4000 pieds/hectare.
  • Autorisée avant le 1er mai et jusqu’à la récolte et à titre exceptionnelle du 15 juin au 15 août ou entre la fermeture de la grappe et à la véraison si autorisation délivrée par le directeur de l'Institut national de l'origine et de la qualité.
    Autorisation limitée à deux fois seulement par récolte et par parcelle.

  • .: ABC du Vin :.
  • Encépagement : Cépages principaux : Grenache blanc (70 % maximum), Marsanne (70 % maximum), Roussanne (30 % minimum, 70 % maximum), Vermentino (70 % maximum).
    Cépages accessoires (10 % maximum) : Clairette, Viognier.
  • Rendement visé : 45 hL/ha.
  • Rendement butoir : 54 hL/ha.
  • Richesse minimale en sucre des moûts : 198 g/L.
  • Titre alcoométrique volumique naturel minimum : 12 %.
  • Assemblage d’au moins deux cépages dont obligatoirement le cépage Roussanne.
    Les cépages principaux représentent au minimum 50 % de l’assemblage.
  • Enrichissement : Pas de disposition.
  • Teneur maximale en sucres résiduels : 4 g/L maximum.
  • Élevage au minimum jusqu'au 31 janvier de l’année suivant la récolte.
  • Commercialisation possible à partir du 15 février de l’année suivant la récolte.

  • .: ABC du Vin :.
  • Encépagement : Cépages obligatoires : Carignan (entre 10 et 40%), Mourvèdre (5 % minimum), Syrah (15 % minimum).
    Cépages secondaires (20 % minimum, présence obligatoire d'au moins un des deux) : Grenache noir, Lledoner pelut.
    Autres cépages (50 % maximum) : Cinsault (20 % maximum).
  • Rendement visé : 50 hL/ha.
  • Rendement butoir : 57 hL/ha.
  • Richesse minimale en sucre des moûts : 198 g/L.
  • Titre alcoométrique volumique naturel minimum : 12 %.
  • Assemblage d’au moins deux cépages dont au minimum un cépage principal.
    Aucun cépage ne peut représenter plus de 80 % de l’assemblage.
    La proportion des cépages Carignan, Cinsaut, Grenache, Mourvèdre et syrah est supérieure ou égale à 50 % dans l’assemblage.
  • Enrichissement : Pas de disposition.
  • L'utilisation de charbon oenologique est : Interdite.
  • Teneur maximale en sucres résiduels : 4 g/L maximum.
  • Commercialisation possible à partir du 15 décembre de l'année de récolte.


  • .: ABC du Vin :.
  • Encépagement : Cépages obligatoires : Carignan (entre 10 et 40%), Mourvèdre (5 % minimum), Syrah (15 % minimum).
    Cépages secondaires (20 % minimum, présence obligatoire d'au moins un des deux) : Grenache noir, Lledoner pelut.
    Autres cépages (50 % maximum) : Cinsault (20 % maximum).
  • Rendement visé : 45 hL/ha.
  • Rendement butoir : 54 hL/ha.
  • Richesse minimale en sucre des moûts : 198 g/L.
  • Titre alcoométrique volumique naturel minimum : 12 %.
  • Enrichissement : Autorisé.
  • Assemblage d’au moins deux cépages dont au minimum un cépage principal.
    Aucun cépage ne peut représenter plus de 80 % de l’assemblage.
    La proportion des cépages Carignan, Cinsaut, Grenache, Mourvèdre et syrah est supérieure ou égale à 50 % dans l’assemblage.
  • Teneur maximale en sucres résiduels : 3 g/L maximum si le titre alcoométrique volumique naturel est inférieur ou égal à 14 %, 4 g/L pour les vins présentant un titre alcoométrique volumique naturel supérieur.
  • Élevage au minimum jusqu'au 15 février de l’année suivant la récolte.
  • Commercialisation possible à partir du 1er mars de l’année suivant la récolte.
  • Voir aussi : Saint-Chinian
    Dernière modification: 14 Octobre 2019
    Éditeurs: Sylvain Torchet
    < Page d'accueil Dictionnaires | Top 10 | A propos | Liens | Connexion ^ Haut de la page
    © 2008 Sylvain Torchet XHTML | CSS Powered by Glossword 1.8.13