.: ABC du Vin :.
Appellations et Crus classés
A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T V W Z
CA CH CL CO CR CU
CRA CRI CRO CRU CRÉ

Crémant de Limoux

Catégorie de l'appellation
Classement AOC
Date du classement 21/08/1990
Carte
Caractéristiques géographiques
Pays France
Région Languedoc-Roussillon
Sous-région Aude
Commune(s)
  • Aude :
    Ajac, Alet, Antugnac, Bouriège, Campagne sur Aude, Cassaignes, Castelreng, Cépie, Conilhac de la Montagne, Couiza, Cournanel, Coustaussa, La Digne d’Amont, La Digne d’Aval, Espéraza, Fa, Festes et Saint-André, Gaja et Villedieu, Gardie, Ladern sur Lauquet, La Serpent, Limoux, Loupia, Luc sur Aude, Magrie, Malras, Montazels, Pauligne, Peyrolles, Pieusse, Pomas, Roquetaillade, Rouffiac d’Aude, Saint-Couat du Razès, Saint-Hilaire, Saint-Polycarpe, Serres, Tourreilles, Vendémies, Villar Saint-Anselme, Villebazy, Villelongue-d’Aude.

Sol Calcaire, Grès, Marnes
Superficie (ha) 482
Climat Méditerranéen
Couleurs et cépages
Couleur(s) Blanc
Encépagement Cépages principaux (90 % maximum) : Chardonnay, Chenin (20 % à 40 %). Cépages accessoires (20 % maximum) : Mauzac, Pinot noir (10 % maximum)
Production (hl)
Dégustation
Type de vin Vin a la robe dorée, marqué par une bonne acidité et une effervescence vive, avec des arômes de fleurs blanches, de fruits blancs et des notes de brioche toastée et d'amandes grillées.
Température de service 07 °C à 9°C
Garde potentielle 1 à 2 ans
Autres informations
Appellation(s) rattachée(s)
Appellation(s) de repli(s)
Site internet Site du syndicat viticole de l'appellation
Caractéristiques
.: ABC du Vin :.

Présentation :
Vignoble situé au sud du département de l'Aude à environ 25 kilomètres de Carcassonne, réparti dans 41 communes dans la vallée de l'Aude et de ses affluents autour de la ville éponyme.
Le vignoble est disposé sur un sol de molasse couvert d'argile, de gravier et de sable. Il se réparti en quatre zones géographiques:
Terroir d'Autan, situé sur les coteaux autour de Limoux à une altitude de 150 à 200 mètres protégé des précipitations par le massif des Corbières à l'est et celui du Chalabrais à l'ouest.
Terroir Haute Vallée, situé au sud de l'appellation en remontant la vallée de l'Aude, à une altitude de 300 à 500 mètres d'altitude.
Terroir Méditerranéen, situé à l'est de Limoux à une altitude de 100 à 200 mètres.
Terroir Océanique, situé à l'ouest de Limoux à une altitude de 200 à 300 mètres.
Le vignoble est installé sur des terrasses appelées Blanquetière sur les coteaux bordant la vallée de l'Aude.
Le climat est de type méditérranéen avec des influences océaniques à l'ouest de l'appellation.
l'appellation tire son nom de la commune éponyme dont le nom signifie boueux dans le sens de limoneux.

Histoire :
La viticulture apparaît dans la région Languedoc-Roussillon avec l'arrivée des phocéens au 6ème siècle avant Jésus-Christ qui crèent un comptoir situé à Agde. En juin 2013, on a retrouvé au sud de Lattes dans l'agglomération de Montpellier des traces de vinifications dans un pressoir en calcaire remontant entre - 425 et - 400 avant Jésus-Christ ainsi que des amphores contenant des résidus datant de - 500 à - 475 avant Jésus-Christ.
La diffusion de la vigne dans cette région sera effectuée par les romains lors de la conquête de la Gaule et la région prendra le nom de Gaule narbonnaise à compter de 118 avant Jésus-Christ. Elle s'étend de Vienne sur le Rhône, jusqu’aux Pyrénées.
Dès cette époque, les vins de la région s'exportent dans tout le bassin méditerranéen (Egypte, Grèce, Italie, Turquie...) depuis Sète par bateau et grâce à la via Domitia (voie romaine construite à partir de 118 avant J. C. reliant l'Italie à la péninsule ibérique et passant par la Gaule narbonnaise).
En 92 après Jésus-Christ, un édit de l’empereur Domitien (51-96) interdit la plantation de toutes nouvelles vignes et l'arrachage de la moitié des vignes des provinces sous domination romaine afin de protéger la viticulture italienne.
Après la chute de l'empire romaine, le vignoble continue d'exister grâce aux ordres monastiques.
Au 9ème siècle, Charles II le Chauve (823-877) attribue la ville de Limoux à l'abbaye bénédictine de Saint-Hilaire fondée avant 825.
Durant le Moyen-Âge, les moines de l'abbaye de Saint-Hilaire vont s'occuper d'un vignoble produisant un vin tranquille.
A la fin du Moyen-Âge (1531), les moines de l'abbaye de Saint-Hilaire mentionnent dans leurs écrits l'existence d'un vin mousseux. C'est la plus vieille mention connue de vins effervescents (un siècle avant le Champagne).
Un document daté du 25 octobre 1544 rédigé par le conte clavaire (trésorier) au nom de la municipalité de Limoux mentionne l'existence de la blanquette.
La spécialisation du vignoble dans les vins effervescents va progressivement développer l'implantation du cépage Mauzac.
A partir de la deuxième moitié du 19ème siècle, le vignoble va connaître plusieurs crises (mildiou, oïdium et phylloxéra).
En 1875, Gédéon Guinot fonde la société éponyme pour commercialiser la Blanquette de Limoux. Il serait le premier à avoir utiliser la méthode champenoise, à vendre au tsar de Russie en 1909 de la Blanquette de Limoux et à commercialiser en 1913 du Crémant de Limoux.
Les deux méthodes de production de la Blanquette de Limoux vont alors coexister.
Dès le début du 20ème siècle, les plaines du Languedoc sont replantées avec des porte-greffes américains à très forts rendement (Aramon notamment) afin de produire un vin bon marché et en grande quantité afin d'alimenter la France entière.
Les conséquences de cette production de masse, avec une série de millésimes d'abondance entre 1904 et 1907, vont se faire sentir rapidement dans les quatre départements de l'Aude, du Gard, de l'Hérault et des Pyrénées-Orientales qui représentent 40 % de la production totale des vins français (colonies comprises).
Cela provoque un effondrement du marché viticole et une forte agitation sociale dans cette région dépendant essentiellement de la production viticole.
Conséquence de ce que l'on appellera la révolte des vignerons, à laquelle ont participé les vignerons de Limoux et sa région, abouti à la création de plusieurs lois et décrets :
Le 1er août 1905, en réponse, le gouvernement de l'époque créée une loi sur la répression des fraudes dans la vente des marchandises et falsification des denrées alimentaires et des produits agricoles (fraude sur la composition, la qualité des produits ou leur origine).
Le 6 août 1905, le parlement vote une loi sur la répression des fraudes sur les vins et spiritueux ; une réglementation du sucrage et réglemente la circulation du sucre (loi encore en vigueur actuellement).
Le 29 juin 1907 est voté une loi sur le mouillage des vins, les abus du sucrage et la déclaration de récolte. Cette loi abouti à déclarer la superficie du vignoble chaque année, la quantité totale de vin produit, l'état des stocks et à l'interdiction de la chaptalisation massive des vins.
Le 15 juillet 1907, une loi réglementant la circulation des vins et des alcools est votée.
Le 31 août 1907, une exonération fiscale des récoltes de 1904, 1905 et 1906 est accordée aux viticulteurs.
Le 3 septembre 1907, un décret défini le vin : Aucune boisson ne peut être détenue ou transportée en vue de la vente ou vendue sous le nom de vin que si elle provient exclusivement de la fermentation alcoolique du raisin frais ou du jus de raisin.
Le 21 octobre 1907 est créé le service de la répression des fraudes.
En 1929, le syndicat des producteurs de Blanquette de Limoux est créé afin d'obtenir la création de l'appellation d'origine auprès d'un tribunal qui finalement ne délimitera pas l'appellation.
Le syndicat des producteurs de Blanquette de Limoux pour remédier à ce manque en 1936, constitue un dossier d'appellation d'origine contrôlée auprès du Comité National des Appellations d'Origine.
Le 18 février 1938, l'appellation d'origine contrôlée Blanquette de Limoux ou Vin de blanquette est créée. Deux types de vins sont définis, un tranquille (vin de Blanquette) et un effervescent (Blanquette de Limoux).
Le 22 avril 1949, deux communes, Gaja-Villedieu et Pauligne, sont ajoutées au décret d'appellation.
En 1953, la superficie de l'appellation est de 332 hectares.
Le 21 février 1959, l'appellation d'origine contrôlée Limoux est créée pour les vins blancs tranquille de l'aire d'appellation.
Le 7 juillet 1964, le décret d'appellation est modifié pour interdire les cépages hybrides.
En 1969, la superficie de l'appellation est de 710 hectares.
Le 9 septembre 1975, l'appellation d'origine contrôlée Limoux nature est créée. Elle est réservée aux vins blancs. A l'origine, le Limoux nature était le vin de base de la Blanquette de Limoux.
Le 13 avril 1981, un décret du ministère de l'agriculture déclare que le vin de Blanquette est un vin mousseux ayant subi une deuxième fermentation spontanée en bouteille.
Le décret du 24 janvier 1986 rebaptise le vin de Blanquette en Blanquette méthode ancestrale.
Le 21 août 1990, l'appellation d'origine contrôlée Crémant de Limoux est créée.
Le 23 juin 2004, l'appellation d'origine contrôlée Limoux rouge est créée et le cépage Pinot noir intégré dans l’encépagement du Crémant de Limoux rosé.
Le 14 octobre 2009, l'appellation Blanquette méthode ancestrale est modifiée en Limoux méthode ancestrale. La Blanquette de Limoux et le Limoux méthode ancestrale représentant chacun environ 25000 hectolitres de vin produits.

Les vins :
Les vins effervescents représentent plus de 80 % de la production de l'aire d'appellation Limoux.

.: ABC du Vin :. Blanc effervescent :
.: ABC du Vin :.
Vin à la robe or pâle et aux reflets dorés, marqué par une bonne acidité et une effervescence vive, avec des arômes de fleurs blanches, de fruits blancs et des notes de brioche toastée et d'amandes grillées.
Température de service : 07-09 °C (45-48 °F).
Garde potentielle : 2 ans.

.: ABC du Vin :. Rosé effervescent :
.: ABC du Vin :.
Limoux Méthode ancestrale :
Vin à la robe saumonée, marqué par une certaine acidité et une effervescence marquée, avec des arômes de fleurs (chèvrefeuille), de petits fruits blancs (nectarine, pêche) et rouges (fraise, framboise, groseille) avec une finale sur le pain grillé.
Température de service : 07-09 °C (45-48 °F).
Garde potentielle : 2 ans.

Conditions de production du décret d'appellation :
  • Densité minimale de plantation : 4000 pieds à l'hectare.
  • L'irrigation est autorisée avant le 1er mai et jusqu’à la récolte et à titre exceptionnelle du 15 juin au 15 août ou entre la fermeture de la grappe et à la véraison si autorisation délivrée par le directeur de l'Institut national de l'origine et de la qualité.
  • Vendanges manuelles obligatoires.

  • .: ABC du Vin :.
    Crémant de Limoux Blanc :
  • Encépagement : Cépages obligatoires (90 % maximum) : Chardonnay (50 % minimum), Chenin (10 % à 40 %).
    Cépages complémentaires : Mauzac (20 % maximum), Pinot noir (30 % maximum).
  • Rendement de base : 70 hL/ha.
  • Rendement butoir : 78 hL/ha.
  • Richesse minimale en sucre des moûts : 153 g/L.
  • Assemblage d’au moins trois cépages. La proportion des cépages Chardonnay (30 % minimum) et Chenin (10 % minimum) est comprise entre 60 % et 90 %. La proportion des cépages Mauzac (20 % maximum) et Pinot noir est inférieure ou égale à 40%.
  • Titre alcoométrique volumique naturel minimum : 9,5 %.
  • Enrichissement : Autorisé.
  • Titre alcoométrique volumique total maximal après enrichissement : 13 %.
  • Utilisation de morceaux de bois : Interdite.
  • Élaboration par seconde fermentation en bouteilles de verre.
  • Surpression : Minimum 3,5 bars (mesure à 20°C).
  • Tirage : Après le 1er décembre suivant la récolte.
  • Élevage sur lies d'un minimum de 9 mois.
  • Commercialisation possible après un élevage de 12 mois minimum après la date de tirage.

  • .: ABC du Vin :. Rosé effervescent :
    Crémant de Limoux rosé :
  • Encépagement : Cépages obligatoires (90 % maximum) : Chardonnay (50 % minimum), Chenin (10 % à 40 %).
    Cépages complémentaires : Mauzac (20 % maximum), Pinot noir (30 % maximum).
  • Rendement de base : 70 hL/ha.
  • Rendement butoir : 78 hL/ha.
  • Richesse minimale en sucre des moûts : 153 g/L.
  • Assemblage d’au moins trois cépages. La proportion des cépages Chardonnay (30 % minimum) et Chenin (10 % minimum) est comprise entre 60 % et 90 %. La proportion du cépage Pinot noir est supérieure ou égale à 15 %, la proportion du cépage Mauzac est inférieure ou égale à 20%.
  • Titre alcoométrique volumique naturel minimum : 9,5 %.
  • Enrichissement : Autorisé.
  • Titre alcoométrique volumique total maximal après enrichissement : 13 %.
  • Utilisation de morceaux de bois : Interdite.
  • Élaboration par seconde fermentation en bouteilles de verre.
  • Surpression : Minimum 3,5 bars (mesure à 20°C).
  • Tirage : Après le 1er décembre suivant la récolte.
  • Élevage sur lies d'un minimum de 9 mois.
  • Commercialisation possible après un élevage de 12 mois minimum après la date de tirage.
  • Voir aussi : Limoux
    Dernière modification: 10 Mars 2019
    Éditeurs: Sylvain Torchet
    < Page d'accueil Dictionnaires | Top 10 | A propos | Liens | Connexion ^ Haut de la page
    © 2008 Sylvain Torchet XHTML | CSS Powered by Glossword 1.8.13