.: ABC du Vin :.
Appellations et Crus classés
A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T V W Z
MA ME MI MO MU
MOE MON MOR MOS MOU

Moselle

Catégorie de l'appellation
Classement AOC
Date du classement 14/11/2011
Carte
Caractéristiques géographiques
Pays France
Région Alsace-Lorraine
Sous-région Lorraine
Commune(s)
  • Moselle :
    Ancy sur Moselle, Châtel Saint-Germain, Contz les Bains, Dornot, Fey, Haute-Kontz, Jussy, Laquenexy, Lessy, Lorry-Mardigny, Marange-Silvange, Marieulles, Novéant sur Moselle, Plappeville, Scy-Chazelles, Sierck les Bains, Sainte-Ruffine, Vaux, Vic sur Seille.

Sol Argile, Calcaire, Marne
Superficie (ha) 46
Climat Continental
Couleurs et cépages
Couleur(s) Blanc / Rosé / Rouge
Encépagement Auxerrois, Gamay (30 % maximum), Gewurztraminer, Pinot meunier, Müller-thurgau, Pinot noir, Pinot blanc, Pinot gris, Riesling
Production (hl) 1960
Dégustation
Type de vin
Température de service
Garde potentielle
Autres informations
Appellation(s) rattachée(s)
Appellation(s) de repli(s)
Site internet Site officiel de l'appellation
Caractéristiques
.: ABC du Vin :.

Présentation :
Vignoble le plus septentrional de France, le vignoble mosellan se réparti sur 18 communes des départements de la Moselle et de la Meurthe-et-Moselle en une multitude de petites parcelles situées sur des coteaux.
Pour le vignoble, on peut distinguer trois secteurs caractérisés par des coteaux orientés vers l'est et le sud-est avec un sol de calcaire et de grès au sommet et argilo-calcaire en pied de côte :
- Le Pays messin qui regroupe une partie de la Côte de Moselle et son avant-côte avec les versants des différentes vallées du secteur.
- Sierck-les-Bains à la frontière avec le Luxembourg et l'Allemagne, prolongement des vignobles allemands et luxembourgeois de la vallée de la Moselle.
- La vallée de la Seille autour de Vic-sur-Seille près de Château-Salin.
Le climat est de type continental, la Moselle tempérant la rigueur hivernale.

Histoire :
La présence d'un vignoble en Moselle remonte à l'époque romaine. La proximité de Trèves, grande ville marchande à partir du 2ème siècle, y contribuant fortement.
Suite à la chute de l'empire romain, le vignoble mosellan sera maintenu par l'ordre des bénédictins avec pour Metz, l'abbaye fondée vers 604 par Glossinde de Champagne (580-610), pour Gorze (20 kilomètres de Metz) l'abbaye fondée vers 747 par Saint-Chrodegang (712-766) et pour Rettel, l'abbaye Saint-Sixte avant le 9ème siècle.
Suite à la guerre des Amis, entre 1231 et 1234, Jean Ier d'Apremont ( ?-1238), évêque de Metz à partir de 1224, reconnaît l'indépendance de la ville de Metz et transfère l'évêché. Il se retire à Vic-sur-Seille à partir de 1234 où il fait planter un vignoble.
Petit à petit, le vignoble mosellan va se développer et passer entre les mains des bourgeois locaux.
Le 23 novembre 1338, il est demandé l’arrachage des vignes de Gouais, cépage productif mais peu qualitatif en raison de la mévente des vins du pays messin.
A la Révolution française, la Moselle est réputée pour la production de vins clairets. Le vignoble connaît alors une phase de développement avec la suppression des contraintes seigneuriales ou ecclésiastiques.
Jusqu’en 1815, la Belgique est un important débouché pour les vins de Moselle (Jules Guyot 1868).
En 1816, selon Jullien dans sa Topographie de tous les vignobles connus, le département de la Moselle possède 4500 hectares de vignes, cultivées dans 224 communes qui produisent en moyenne 177000 hectolitres de vin qui « dans les années ordinaires, sont consommés dans le pays ; mais lorsque les récoltes sont abondantes, une partie de l'excédant de la consommation est exportée, et le reste est converti en eaux-de-vie d'assez bonne qualité ».
Vers 1850, le vignoble de la Lorraine atteint une superficie avoisinant les 34000 hectares, 6000 hectares pour la Moselle dont 1600 hectares pour la région de Vic sur Seille et une partie de la production de la Moselle est vendue dans la région Champagne afin d'être champagnisée.
En 1858, l'oïdium fait son apparition dans le vignoble mosellan.
En 1866, le phylloxéra fait son apparition à Metz. La crise phylloxérique va également bouleverser le paysage viticole avec la fin de la plantation des cépages en foule dans le vignoble.
En 1868, selon Jules Guyot dans son Etudes des vignobles de France, la superficie du vignoble de la Moselle est de 6000 hectares.
L'annexion en 1870 par l'empire allemand entraînera l'utilisation d'une partie de la production comme vin médecin des vins du Rhin. Une autre partie du vin est vendue à des négociants rhénans pour être champagnisés. La viticulture étant une activité secondaire pour les agriculteurs et éleveurs locaux.
Entre 1871 et 1918, les autorités allemandes favorisent une production de masse des vins dans le Reichsland Elsaß-Lothringen (territoire impérial d’Alsace-Lorraine) en permettant le coupage, le mouillage et le sucrage des vins ainsi qu'un rendement maximal des vignes. Mesures accentuées par l'interdiction de la mise en bouteille des vins produits. Ces mesures furent définies par une loi du 7 avril 1909.
En 1888, la Moselle compte 6200 hectares de vigne en hautain (sur échalas) avec une densité de plantation variant de 20000 à 80000 pieds par hectare, pour environ 22000 vignerons. La production se fait alors essentiellement en rouge et Vic-sur-Seille est le vignoble le plus important avec une superficie de 250 hectares.
Le 29 juillet 1895, un orage de grêle ravage le vignoble.
En 1902, les autorités allemandes vont créer une station viticole expérimentale à Laquenexy pour permettre aux viticulteurs de reconstituer leur vignoble.
En 1904, le docteur Werner crée le cépage Auxerrois issu de Pinot * Heunisch weiss.
Conséquence, le vignoble de Moselle va être replanté avec plusieurs cépages : Auxerrois, Gamay, Gewurztraminer, Müller-thurgau, Pinot blanc, Pinot gris, Pinot noir et Riesling. Mais la superficie du vignoble va fortement diminuer.
La superficie du vignoble des deux régions atteint au début du 20ème siècle, 28000 hectares (23000 hectares pour l'Alsace) pour une production d'un million d'hectolitres (le tiers de la production allemande).
Jusqu'en 1910, la production mosellane alimentait la Champagne et l'Allemagne avec des vins effervescents mais la loi publiée au Journal Officiel du 4 janvier 1909, définissant les délimitations de la Champagne viticole et ses lieux d'élaboration met un terme dès 1910 à ce débouché.
A la fin de la première guerre mondiale, l'exode rural (travail dans les mines et les usines sidérurgiques) et la concurrence des vins en provenance du Languedoc-Roussillon et des colonies françaises (Algérie principalement) n'améliorent pas les choses. Le vignoble est progressivement remplacé par des vergers.
En 1924, un traité commercial exclusif entre l'Allemagne et l'Espagne stoppera définitivement la production de vins effervescents.
En 1934, l'interdiction de planter de nouvelles vignes, sauf pour la consommation familiale et les raisins de table, afin de lutter contre la surproduction nationale, va accentuer la progressive disparition du vignoble.
Les lois allemandes resterons appliquées jusqu'à la fin de la seconde guerre mondiale.
Le 20 octobre 1946, l'appellation Vin Délimité de Qualité Supérieur est obtenue pour les vins de Moselle.
En 1949, deux syndicats viticoles sont créés par les viticulteurs de la région de Metz d'une part et par ceux de Contz-les-Bains d'autre part. La superficie du vignoble messin est alors d'une centaine d'hectares.
Le 9 août 1951, les vins de Moselle obtiennent l'appellation d’origine vin délimité de qualité supérieure (A.O.V.D.Q.S.) Vins de Moselle.
En 1974, il ne reste plus que deux hectares de vignoble autour de Metz (à Vezon).
Le 17 juin 1986, un décret porte le nombre de communes de l'appellation de 13 à 19. La superficie du vignoble de l'appellation étant d'environ 10,5 hectares.
En 1987, les deux syndicats viticoles fusionnent pour créer le Syndicat des viticulteurs du VDQS vins de Moselle.
Le 13 avril 1995, le nom de l'appellation vin délimité de qualité supérieure est modifiée en Moselle.
En 2006, le vignoble atteint une superficie de 46 hectares.
Avec la création de la catégorie européenne des AOP et la disparition à compter du 1er janvier 2012 des AOVDQS en application de l'ordonnance n° 2006-1547 du 7 décembre 2006, une demande de classement en Appellation d'origine contrôlée (AOC) est effectuée.
Le 14 novembre 2011, l'appellation d'origine contrôlée est obtenue et les délimitatiions de l'appellation sont redéfinies avec l'ajout dans l'appellation d'une commune de Meurthe-et-Moselle : Arnaville et de quatre communes de la Moselle : Châtel Saint-Germain, Laquenexy, Sainte-Ruffine et Vaux et le retrait des communes d'Ars-sur-Moselle et de Rozérieulles.
La superficie du vignoble exploité est d'environ 38 hectares.
En 2017 la superficie du vignoble est de 75 hectares environ.
L’arrêté du 12 septembre 2019 modifie la superficie de l’appellation pour la porter de 78 à 648 hectares tout en conservant le même nombre de communes.

Les vins :
Sierck-les-Bains produit essentiellement du vin blanc.
La vallée de la Seille produit du vin gris.
Le Pays messin produit principalement du vin clairet ou rosé.
La présence minimale obligatoire du cépage Auxerrois (30%) ne s’applique pas pour les vignobles de moins de 2 hectares situés dans l'aire d'appellation d’origine.

.: ABC du Vin :.
.: ABC du Vin :.
Moselle blanc :
Vin sec, vif et souple aux arômes fleuris et fruités (fruits blancs).
Température de service : 08-10 °C (46-50 °F).
Garde potentielle : 1 à 2 ans.

Moselle Müller-Thurgau :
.: ABC du Vin :.
Vin peu acide, moyennement alcoolique, aux notes muscatées et aux arômes de fleurs.
Température de service : 08-10 °C (46-50 °F).
Garde potentielle : 1 an.

Moselle Pinot gris :
.: ABC du Vin :.
Vin sec, vif et souple aux arômes puissant, parfois sans finesse mais veloutés aux notes de fruits blancs (abricot, pêche, poire) avec des notes d'épices et de grillé.
Température de service : 08-10 °C (46-50 °F).
Garde potentielle : 1 à 2 ans.

.: ABC du Vin :.
.: ABC du Vin :.
Vin léger, à la robe saumonée, sec, vif et souple aux nez de fleurs et de petits fruits (cassis, fraise, framboise).
Température de service : 08-10 °C (46-50 °F).
Garde potentielle : 1 à 2 ans.

.: ABC du Vin :.
.: ABC du Vin :.
Vin de soif, assez souple et rond aux arômes de fleurs (violette) et de fruits rouges (cerise, framboise).
Température de service : 14-16 °C (57-61 °F).
Garde potentielle : 2 à 4 ans.

Synthèse des conditions de production du décret d'appellation :
  • Densité minimale de plantation : 5000 pieds/hectare.
  • Irrigation : Interdite.
  • La date de début des vendanges est fixée par le préfet, sur proposition des services de l'Institut national de l'origine et de la qualité, après avis de l'organisme de défense et de gestion reconnu pour l'appellation d'origine contrôlée, en tenant compte de l'encépagement et de la situation des vignes.

  • .: ABC du Vin :.
    Moselle blanc :
  • Encépagement : Cépages principaux (70 % minimum) : Auxerrois, Müller-thurgau, Pinot gris.
    Cépages accessoires : Gewurztraminer (10 % maximum), Pinot blanc, Riesling.
  • Rendement visé : 68 hL/ha.
  • Rendement butoir : 73 hL/ha.
  • Richesse minimale en sucre des moûts : 153 g/L pour le cépage Müller-Thurgau, 170 g/L pour les autres.
  • Les vins blancs sont mono-cépage ou issus d’un assemblage de raisins ou de vins où la proportion de chacun des cépages Auxerrois et pinot gris est comprise entre 30% et 60% de l’assemblage. La proportion du cépage gewurztraminer est inférieure ou égale à 10 %.
  • Titre alcoométrique volumique naturel minimum : 10 %.
  • Enrichissement : Autorisé.
  • Titre alcoométrique volumique total maximal après enrichissement : 12 %.
  • Utilisation de morceaux de bois : Interdit.
  • Teneur maximale en sucres résiduels : 8 g/L maximum.
  • Commercialisation possible à partir du 15 décembre de l'année de récolte.

  • .: ABC du Vin :.
    Moselle Müller-Thurgau :
  • Encépagement : Müller-Thurgau
  • Rendement visé : 68 hL/ha.
  • Rendement butoir : 73 hL/ha.
  • Richesse minimale en sucre des moûts : 153 g/L.
  • Titre alcoométrique volumique naturel minimum : 9 %.
  • Enrichissement : Autorisé.
  • Titre alcoométrique volumique total maximal après enrichissement : 11 %.
  • Utilisation de morceaux de bois : Interdit.
  • Teneur maximale en sucres résiduels : 8 g/L maximum.
  • Commercialisation possible à partir du 15 décembre de l'année de récolte.

  • .: ABC du Vin :.
    Moselle Pinot gris :
  • Encépagement : Pinot gris.
  • Rendement visé : 68 hL/ha.
  • Rendement butoir : 73 hL/ha.
  • Richesse minimale en sucre des moûts : 170 g/L.
  • Titre alcoométrique volumique naturel minimum : 10 %.
  • Enrichissement : Autorisé.
  • Titre alcoométrique volumique total maximal après enrichissement : 12 %.
  • Utilisation de morceaux de bois : Interdit.
  • Teneur maximale en sucres résiduels : 8 g/L maximum.
  • Commercialisation possible à partir du 15 décembre de l'année de récolte.

  • .: ABC du Vin :.
    Moselle rosé :
  • Encépagement : Cépage principal : Pinot noir (70 % minimum).
    Cépage accessoire : Gamay.
  • Rendement visé : 60 hL/ha.
  • Rendement butoir : 66 hL/ha.
  • Richesse minimale en sucre des moûts : 170 g/L.
  • Les vins rosés sont mono-cépage ou issu d’un assemblage de raisins ou de vins dans lequel la proportion du cépage principal est supérieure ou égale à 70 %.
  • Titre alcoométrique volumique naturel minimum : 10 %.
  • Enrichissement : Autorisé.
  • Titre alcoométrique volumique total maximal après enrichissement : 12 %.
  • Utilisation de morceaux de bois : Interdit.
  • L'utilisation de charbon oenologique est : Interdite.
  • Elaboration, après éraflage des raisins, par macération de la vendange pendant une durée comprise entre 24 heures et 48 heures.
  • Teneur maximale en sucres résiduels : 4 g/L maximum.
  • Commercialisation possible à partir du 15 décembre de l'année de récolte.


  • .: ABC du Vin :.
    Moselle rouge :
  • Encépagement : Pinot noir.
  • Rendement visé : 55 hL/ha.
  • Rendement butoir : 60 hL/ha.
  • Richesse minimale en sucre des moûts : 180 g/L.
  • Titre alcoométrique volumique naturel minimum : 10,5 %.
  • Enrichissement : Autorisé.
  • Titre alcoométrique volumique total maximal après enrichissement : 12,5 %.
  • Utilisation de morceaux de bois : Interdit.
  • Teneur maximale en sucres résiduels : 3 g/L maximum.
  • Commercialisation possible à partir du 15 décembre de l'année de récolte.
  • Voir aussi : Alsace
    Dernière modification: 30 Septembre 2019
    Éditeurs: Sylvain Torchet
    < Page d'accueil Dictionnaires | Top 10 | A propos | Liens | Connexion ^ Haut de la page
    © 2008 Sylvain Torchet XHTML | CSS Powered by Glossword 1.8.13