.: ABC du Vin :.
Appellations et Crus classés
A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T V W Z
CA CH CL CO CR CU
CHA CHE CHI CHO CHÂ CHÉ

Château Lascombes

Catégorie de l'appellation
Classement Cru Classé du Médoc
Date du classement 18/04/1855 2ème Grand cru Classé du Médoc
Carte Margaux
Caractéristiques géographiques
Pays France
Région Bordelais
Sous-région Médoc
Commune(s)
  • Margaux.

Sol Graves
Superficie (ha) 118
Climat Océanique
Couleurs et cépages
Couleur(s) Rouge
Encépagement Cabernet-sauvignon, Merlot, Cabernet franc, Petit verdot
Production (hl)
Dégustation
Type de vin
Température de service
Garde potentielle
Autres informations
Appellation(s) rattachée(s) Margaux
Appellation(s) de repli(s)
Site internet Site de la propriété ou du propriétaire
Caractéristiques
.: ABC du Vin :.

Présentation :
Le château Lascombes est situé sur une colline de la commune de Margaux à proximité du château Durfort-Vivens.
Il a la particularité d'avoir la quasi-totalité de ses 84 hectares de superficie planté (50 % Merlot, 45 % Cabernet-sauvignon, 5 % Petit verdot). Les vignes sont disposées sur une quarantaine de parcelles établies sur les communes de Margaux et de Soussans.
Cette situation entraîne une diversité des structures géologiques et de l'encépagement : sols argilo-calcaire (Merlot), graves (Cabernet-sauvignon et Petit verdot) et graves argileuses (Cabernet-sauvignon).
Le domaine possède dans l'appellation Margaux 74 hectares de vigne en propre et 38 hectares en fermage. Par ailleurs, le domaine exploite également en fermage 6 hectares situés dans l'appellation Haut-Médoc.
Il n'y a que deux crus classés du Médoc ainsi morcelés : château Lascombes et château Prieuré-Lichine.
Le château Lascombes tire son nom soit du chevalier Antoine de Lascombes qui serait propriétaire de terres sur la commune de Margaux en 1625, soit du fait que le domaine soit installé sur la plus haute colline de Margaux et tirerait donc son nom de « La Côte » qui serait devenu Lascote puis Lascombes.

Histoire :
Au 17ème siècle, ces terrains situés sur la plus haute colline de Margaux appartenaient à la famille Durfort de Duras (Voir château Durfort-Vivens).
Le chevalier Antoine de Lascombes (1625-?) en aurait hérité.
Après la séparation du domaine avec celui de Durfort-Vivens sans doute entre 1700 et 1750, le domaine appartient à la famille de Lascombes, sans doute à Jean Lascombes, procureur de la Couronne au siège de l'amirauté de Bordeaux de 1683 à 1721 ou son fils qui exerça les mêmes fonctions de 1721 à 1748.
En 1761, Jean-François de Lascombes de Chaumont (1735-178?), conseiller au Parlement de Bordeaux, procureur de la Couronne au siège de l'amirauté de Bordeaux de 1757 à 1772, membre de l'Académie de Bordeaux (à partir de 1763) époux depuis le 11 juillet 1763 d’Antoinette Souliact (1741-1766) et sa sœur Marie sont propriétaires du domaine.
Le 21 mars 1768, Jean-François de Lascombes épouse en seconde noces Marie Valerie Lynch (1747-1771). De ce mariage, naît Anne Valérie de Lascombes (1765-1788).
En 1776, le domaine est déjà classé deuxième cru dans la nomenclature des vins de Guyenne de Labadie et son prix s'établit à la moitié de celui de Château Margaux (750 livres).
Vers 1780, les travaux de construction du château commencent.
Après le décès de Jean-François de Lascombes avant 1783, et juste après la Révolution française, sa sœur, Marie, va vendre le domaine à un négociant bordelais d'origine écossaise : Nathaniel Johnston & fils qui très rapidement revendra le domaine à un gentilhomme du nom de Fabre.
Ensuite, le domaine sera de nouveau vendu à un monsieur Loraigue or Loraique au début des années 1820. Celui-ci conservera la propriété jusqu'à son décès.
En 1844, ses héritiers vendent le domaine à une fille de Léonor Antoine, comte de Blagny Hüé pour la somme de 90000 F.
D'importants travaux sur le vignoble sont effectués.
Le 18 avril 1855, le domaine est désigné 2ème Grand cru Classé du Médoc. Le vignoble possède alors une superficie de 50 hectares.
En 1867, la propriété est revendue à Gustave Chaix d'Est-Ange (1832-1887), avocat au barreau de Paris, conseiller Général de Gironde (1864-1880) et Député de La Gironde (1869-1870) qui avait racheté Château Monbrison en 1866. A cette époque, le domaine possède un vignoble d'une superficie de 27 hectares et Gustave Chaix d'Est-Ange décide de faire construire le château actuel.
Gustave Chaix d'Est-Ange avait épousé le 6 mai 1862, Jeanne Joséphine Cléophile Sipière (1844-1917), héritière du château Desmirail.
Après son décès en 1887, le vignoble a une superficie de 13 hectares. Son fils Jean Théophile Gustave Chaix d'Est-Ange (1863-1923), généalogiste, reprend la propriété et rachète le château Marquis d'Alesme-Becker dans le but de fusionner les deux propriétés.
Entre 1908 et 1923, une parcelle est cédée à Jean Lavendier, maire de Margaux et propriétaire du château La Gurgue depuis 1904.
Le décès en 1923 de Jean Théophile Gustave Chaix d'Est-Ange empêchera la fusion entre le château Lascombes et le château Marquis d'Alesme-Becker. Son fils adoptif le comte Emmanuel du Bourg de Bozas revendant la propriété du Château Marquis d'Alesme Becker au négociant écossais W.H Chaplin & Co ltd de Glasgow.
En 1926, une société est constituée pour gérer le domaine et l'actionnaire principal est Fernand Ginestet.
Charles Mallet (?-1950), important commerçant de vins en gros de la halle aux vins à Bercy va devenir l'actionnaire principal du domaine avant la deuxième guerre mondiale.
Durant la seconde guerre mondiale, le gérant du domaine sera Louis Albert-Gayrin. Pendant ce temps, le brigadier-général Raymond Brutinel (1872-1964) résidera au château Lascombes et dirigera un réseau de renseignement pour le sud-ouest de la France et l'Espagne pour le compte des forces alliées.
La famille Ginestet va gérer le domaine jusqu'en 1951, année de la vente de celui-ci à Alexis Lichine, associé à de nombreux investisseurs américains, pour la somme de 50000 £. Le vignoble atteint alors une superficie de 12 hectares.
Alexis Lichine agrandira le domaine. Il va planter 12 hectares de vignoble supplémentaire sur un sol de graves sableuses.
De 1958 à 1973, le professeur Emile Peynaud intervient comme œnologue conseil du domaine.
En 1962, Alexis Lichine passe un accord avec le château Ferrière appartenant à Mme André Durand-Feuillerat pour reprendre celui-ci en fermage, cet accord durera jusqu'au millésime 1992 et durant ce temps, le château Ferrière sera une sorte de second vin du château Lascombes.
En 1967, la superficie du vignoble en production est de 52 hectares.
En 1971, le domaine est repris par Bass Charrington, brasseur britannique et propriétaire de la société de négoce Alexis Lichine & Cie depuis 1965, pour la somme de 1,9 millions de $.
La société Bass Charington va également investir pour agrandir le domaine en plantant 23 hectares supplémentaires et refaire les bâtiments et les chais.
En 1980, le vignoble atteint la superficie de 83 hectares.
En 1982, le second vin est créé, le château Segonne du nom d’une chartreuse située à l’entrée du parc.
Jusqu'en 1985, année de son départ pour le château Mouton-Rothschild, Patrick Léon est l’œnologue et le directeur du domaine.
En 1985, Alain Maurel, nouveau directeur du domaine fait appel à un œnologue travaillant en Champagne pour la marque Pol Roger, René Vanetelle.
En 1986, Bass Charington fait construire un nouveau chai de vinification avec 32 cuves inox de 235 hectolitres et deux chais à barriques. La superficie du domaine est alors de 98 hectares.
En 1989, après le décès d'Alain Morel, René Vannetelle prend la direction du domaine et devient le PDG en 1991. Le vignoble se compose alors de 50 hectares pour le château Lascombes (55 % cabernet-sauvignon, 40 % Merlot, 5 % Petit verdot) et de 33 hectares (65 % Cabernet-sauvignon, 35 % Merlot) pour le château Segonnes. Il existe alors un rosé de saignée produit avec des vignes jeunes (3 à 8 ans).
En 1999, Bruno Lemoine, auparavant responsable technique du château Montrose, prend la direction du domaine en remplacement de René Vannetelle parti en retraite.
En 2001, le fond de pension américain Colony capital va prendre une participation majoritaire de 53 % en association avec Yves Vatelot (Château Reignac) pour la somme de 67 millions de $ (505 millions de F à l'époque). La direction générale du domaine est alors confiée à Dominique Befve et Alain Raynaud et Delphine Barboux est nommée directrice technique. Yves Vathelot et Michel Rolland deviennent les conseils du domaine.
A partir de ce moment l'œnologue conseil du domaine est Michel Rolland.
Des travaux de rénovation sont alors engagés ainsi que la création d'un nouveau système de tri de la vendange.
Depuis 2001, Dominique Befve est le responsable du domaine.
Dès 2001, 12 hectares du vignoble sont replantés avec principalement le cépage Merlot. En vinification, la macération pré-fermentaire à froid est essayée.
En 2003, la superficie du vignoble est de 84 hectares.
En 2008, le château Martinens et son vignoble de 25 hectares est repris en fermage pour une durée de 30 ans.
Le 10 juillet 2011, la mutuelle d’assurance du corps de santé français (MACSF) rachète la totalité du capital pour une somme avoisinant les 200 millions d'euros.
En 2017, la chartreuse bâtie vers 1780 est rénovée.

Les vins :
Densité moyenne de plantation : 8000 à 10000 pieds à l'hectare selon les parcelles.
Vendanges manuelles.
Rendement moyen : 40 hL/ha.
Élevage sur lies de 4 mois avant un élevage de 18 à 20 mois en fût de chêne (70 à 100 % neuf).
.: ABC du Vin :.
Le second vin du domaine porte le nom de : Chevalier de Lascombes.
(50 % Merlot, 50 % Cabernet-sauvignon).
Il portait auparavant le nom de Château Segonnes.
Existence du millésime 1982 jusqu'au millésime 1996.

.: ABC du Vin :.
Un autre vin (troisième ?) est produit : le château Segonnes.
Vin produit en appellation Margaux.
Création à partir de 33 hectares du vignoble séparés du reste du domaine après 1980.
Dernière modification: 19 Février 2019
Éditeurs: Sylvain Torchet
< Page d'accueil Dictionnaires | Top 10 | A propos | Liens | Connexion ^ Haut de la page
© 2008 Sylvain Torchet XHTML | CSS Powered by Glossword 1.8.13