.: ABC du Vin :.
Appellations et Crus classés
A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T V W Z
CA CH CL CO CR CU
CHA CHE CHI CHO CHÂ CHÉ

Château La Tour Carnet

Catégorie de l'appellation
Classement Cru Classé du Médoc
Date du classement 18/04/1855 4ème Grand cru Classé du Médoc
Carte Haut-Médoc
Caractéristiques géographiques
Pays France
Région Bordelais
Sous-région Médoc
Commune(s)
  • Saint-Laurent-Médoc.

Sol Argile, calcaire, graves
Superficie (ha) 74
Climat Océanique
Couleurs et cépages
Couleur(s) Rouge
Encépagement Cabernet-sauvignon, Merlot, Cabernet franc
Production (hl)
Dégustation
Type de vin
Température de service
Garde potentielle
Autres informations
Appellation(s) rattachée(s) Haut-Médoc
Appellation(s) de repli(s)
Site internet Site de la propriété ou du propriétaire
Caractéristiques
.: ABC du Vin :.

Présentation :
Propriété de 180 hectares située à l'est de la commune et à proximité du château Camensac.
Particularité de ce domaine, celui est constitué d'un authentique château médiéval avec un donjon carré du 11ème siècle entouré de douves ayant survécu à la Révolution française.
C'est l'un des 6 crus du classement du Médoc (Belgrave, Camensac, Cantemerle, Haut-Brion et La Lagune) à ne pas appartenir à une appellation communale.
Le vignoble de 180 hectares (50 % Merlot, 45 % Cabernet-sauvignon, 3 % Cabernet franc, 2 % Petit verdot) est installé sur un sol de graves sur socle argilo-calcaire en pente douce avec une exposition sud-sud-ouest. A noter que la partie ouest du vignoble est disposé sur une butte argilo-calcaire appelée chapeau de la Tour Carnet ou butte de la Tour Carnet.

Histoire :
Le domaine existe depuis le 12ème siècle avec la construction de la tour en 1120, il portait alors le nom de château Saint-Laurent. Il s'agissait d'une forteresse appartenant à la famille de Foix.
Dès le 13ème siècle, on trouve trace de la production de vin sur le domaine et en 1407, un hogshead (Contenance variable selon le lieu : Afrique du Sud et Australie : 295,3 l, Espagne : 245,4 l (Xérès), Portugal : 209 l (Demi pipe de Madère) valait 12 écus ou 36 livres (6 écus et demi pour un vin de Graves). En 1427, Jean de Foix Grailly, comte de Candale (?-1485) offrit le domaine à son vassal l'écuyer de Carnet qui donnera son nom au château.
En 1445, l'écuyer de Carnet (ou de Caranet) refuse de se soumettre au roi de France. Le château est alors assiégé et une fois pris, partiellement détruit sur ordre du roi de France.
En 1486, l'écuyer Carnet devient l'exécuteur testamentaire de Jean de Foix Grailly.
Le 21 septembre 1517, Gaston de Foix (1448-1500), captal de Buch, comte de Candale, d'Estrac..., cède moyennant 300 écus d'or la maison noble de Carnet (alias Carney) à Saint-Laurent de Médoc à François de Candale, seigneur et baron de Doazit.
La propriété du domaine passa ensuite à Thibaud de Camain (1552-1627), conseiller en la cour du Parlement de Bordeaux, qui épousa le 2 septembre 1581, Eléonore Eyquem de Montaigne (1552-?), sœur de Michel de Montaigne.
Le domaine passa ensuite à Jean-Pierre de Camain (1581-?), fils de Thibaud, qui mourut sans enfants, puis à son frère François de Camain (1570-?).
Ensuite, se succède plusieurs propriétaires :
Gabriel de Alis, conseiller lay au Parlement de Bordeaux.
Thibaud de Lavie, avocat général au Parlement de Bordeaux et premier président au Parlement de Navarre.
Celui-ci vend en 1653, le domaine pour la somme de 20000 livres à Lancelot de Maniban.
En 1686, Jean Desnanot ( ?-1711) conseiller au Parlement de Bordeaux depuis 1673 et lieutenant général en l’amirauté de Guyenne à compter de 1692 (succède à son père Simon) achète la maison noble de la Tour Carnet.
En 1774, Charles de Luetkens (1695-1780), comte suédois, écuyer et conseiller du roi, achète le domaine avec un vignoble de 52 hectares.
En 1776, le courtier Labadie dans sa nomenclature des vignobles du Médoc à l'usage de Dupré de Saint-Maur, intendant général, classe le domaine de Lutkins Carnet en tête de la commune de saint-Laurent avec une valeur de 350 à 380 livres par tonneau.
Après son décès, c'est son fils Jean-Jacques de Luetkens (1777-1819) qui hérite du domaine et traverse sans trop de problème la Révolution française du fait de sa nationalité suédoise.
Après son décès, sa veuve Angélique Raymond (1783-?) aurai dirigé le domaine jusqu'en 1861, elle aurai alors eu 78 ans.
En 1855, le domaine sera désigné dans la catégorie des quatrièmes crus du Médoc.
Charles Oscar de Luetkens (1801-1875), serai devenu propriétaire du château La Tour-Carnet en 1861.
Il va le développer de façon importante en ajoutant 12 hectares de vignoble (achat à mesdames Roulet et Galoupeau) et en s'intéressant aux méthodes culturales. Il recevra notamment plusieurs prix de viticulture. Il sera également élu maire de Saint-Laurent-Médoc. Le vignoble aura de nouveau une superficie de 52 hectares à cette époque.
Après son décès en 1875, son fils Alcide de Luetkens prendra la direction du domaine.
La crise du phylloxéra et de l'oïdium puis les crises économiques vont entraîner une baisse de qualité du vignoble comme un peu partout dans le Médoc.
Le 17 janvier 1900, le château Latour-Carnet, domaine de 200 hectares, est vendu aux enchères par maître Victor Drouillet (propriétaire du cru Hourbanon-Lacardonne) à Monsieur Edouard Pinoncely Falck (1865-1948) pour la somme de 300100 francs (mise à prix 200000 francs). Le vignoble possède alors une superficie d'environ 38 hectares et le régisseur du domaine est Monsieur Bergeron, propriétaire de château Sémignan.
En 1941, le propriétaire du domaine est monsieur Sore selon l’annuaire des marques et appellations d’origine.
Quelques années plus tard, celui-ci revendra la propriété à Fernand Ginestet.
En 1962, il ne reste plus que 5 hectares de vigne lorsque Monsieur Louis Lipschitz, armateur bordelais, rachète le domaine et commence la restauration des chais, du château et la replantation du vignoble.
Lorsqu'en 1978, Sa fille Marie-Claire Pèlegrin hérite du domaine, elle continue à agrandir le vignoble pour le porter à 45 hectares.
En 1992, Olivier Dauga, auparavant au château Sociando-Mallet devient le directeur général du domaine.
En 1999, le domaine est vendu à Bernard Magrez, déjà propriétaire à l'époque de Château Pape Clément et de château Fombrauge. La superficie du vignoble est alors de 48 hectares. Olivier Dauga quitte le domaine pour prendre la direction du château Rollan de By. Un programme de replantation annuel de trois hectares du vignoble débute alors.
En 2001, les chais sont dotés d'une cuverie en bois de petit volume (70 hectolitres).
En 2003, le responsable technique du domaine est Xavier Loriaud. Il est remplacé en 2004 par Emmanuel Bonneau et cette même année débute la production d'un Bordeaux blanc à partir d'une parcelle d'un hectare avec 33 % Sauvignon, 33 % Sémillon, 29 % Sauvignon gris et 5 % de Muscadelle.
En 2009, Anne Le Naour est nommée responsable du domaine, elle remplace Emmanuel Bonneau.
L’œnologue conseil du domaine est Michel Rolland depuis 1999.
En 2010, Anne Le Naour quitte le domaine pour devenir directrice technique de CA Grands Crus, filiale du Groupe Crédit Agricole. Elle est remplacée par Frédéric Chabaneau.
En 2011, Jeanne Lacombe devient la responsable d’exploitation du domaine qu’elle quitte en avril 2014 pour prendre le même poste au château Pape Clément, également propriété de Bernard Magrez.
En 2018, Bernard Magrez fait l’acquisition de 45 hectares supplémentaires de vignes, ce qui porte la superficie du vignoble à 119 hectares.
La même année, en avril, Bernard Magrez rachète au groupe Advini le château Lieujean et son vignoble de 54 hectares ce qui porte la superficie du vignoble du château La Tour Carnet à 180 hectares.

Les vins :

Densité moyenne de plantation : 8000 à 10000 pieds à l'hectare.
Rendements moyens : 30 à 40 hl/ha.
.: ABC du Vin :.Rouge :
.: ABC du Vin :.
Le second vin du domaine porte le nom de : Les Douves du château La Tour Carnet.
Jusqu'au millésime 2004, il existait un autre vin appelé Cuvée le Sire du château La Tour Carnet.
Depuis le millésime 2003, une cuvée parcellaire nommée en hommage à La Boétie existe : La Servitude volontaire. Production en appellation Haut-Médoc (100 % Merlot issu d'une parcelle d'1 hectare avec une densité moyenne de 6600 pieds/hectare, fermentation et élevage en fût de chêne neuf, rendement de 25 à 30 hl/ha selon les millésimes).
Dernière modification: 12 Mai 2018
Éditeurs: Sylvain Torchet
< Page d'accueil Dictionnaires | Top 10 | A propos | Liens | Connexion ^ Haut de la page
© 2008 Sylvain Torchet XHTML | CSS Powered by Glossword 1.8.13