.: ABC du Vin :.
Appellations et Crus classés
A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T V W Z
CA CH CL CO CR CU
CÔT

Côtes de Millau

Catégorie de l'appellation
Classement AOVDQS
Date du classement 12/04/1994
Carte
Caractéristiques géographiques
Pays France
Région Sud-Ouest
Sous-région Aveyron
Commune(s)
  • Aveyron :
    Aguessac, Broquiès, Castelnau-Pégayrols, Compeyre, Comprégnac, Creissels, La Cresse, Millau, Montjaux, Mostuéjouls, Paulhe, Peyreleau, Rivière sur Tarn, Saint-Georges de Luzençon, Saint-Rome de Tarn, Le Truel, Viala du Tarn.

Sol Argile, Calcaire, Marne, Silex
Superficie (ha) 52
Climat Océanique
Couleurs et cépages
Couleur(s) Blanc / Rosé / Rouge
Encépagement Cabernet-sauvignon, Chenin, Duras, Fer, Gamay, Mauzac, Syrah
Production (hl) 1991
Dégustation
Type de vin
Température de service
Garde potentielle
Autres informations
Appellation(s) rattachée(s)
Appellation(s) de repli(s)
Site internet
Caractéristiques
.: ABC du Vin :.

Présentation :
Appellation située sur 17 communes du sud-est du département de l'Aveyron dans la vallée du Tarn, en amont et en aval de Millau.
Le vignoble d'environ 60 hectares s'étale sur une cinquantaine de kilomètres de long sur les versants de la vallée du Tarn et de certains de ses affluents à une altitude comprise entre 350 et 500 mètres. Les vignes sont installées sur des terrasses constituées de grès non calcaire au sud–ouest de Millau et à l’ouest du Tarn, de sédiments et de cailloux sur les plateaux des causses à l’est du Tarn et au nord de Millau.
Le climat est de type continental avec des influences méditerranéennes.

Histoire :
Le vignoble existerait dans cette partie de l'Aveyron depuis l’époque gallo-romaine.
Au Moyen-Age, le vignoble connaît son développement sous la conduite des religieux des abbayes locales et ce dès le 9ème siècle au moins. Les paysans vont alors défricher et construire des terrasses pour développer le vignoble sur chaque rive du Tarn.
Au 10ème siècle, la ville de Compeyre, située au nord de Millau, devient un lieu de stockage des vins de la région en raison de sa disposition particulière permettant de conserver et d’élever les vins dans des caves à vins troglodytiques à une température constante autour de 7 à 8°C.
En 1327, les vins de la vallée du Tarn approvisionnent la cour pontificale d'Avignon grâce au cardinal bénédictin Raymond de Mostuéjouls (?-1335), originaire de la région. C'est ainsi que dans la vallée du Tarn, le vin issu du cépage Gamay prendra le nom de Gamet du Pape.
Dès le 15ème siècle, la production viticole devient l'activité principale de la vallée du Tarn qui approvisionne les régions voisines.
En 1582, la mise à sac de Compeyre par les protestants lors des guerres de religion entraîne le déclin de cette commune mais pas celle du vin dans la région. Le stockage des vins est alors transféré partiellement vers la commune de la Cresse et de Rivière sur Tarn située une vingtaine de kilomètres plus au nord.
Au 17ème siècle, les viticulteurs construisent des villages de cave. Ce sont des caves situées à proximité du vignoble creusées dans des failles naturelles de bancs rocheux.
Au 18ème siècle, le vignoble de la vallée atteint une superficie de 10000 hectares et est la production agricole principale.
Au début du 19ème siècle, selon André Jullien, la superficie du vignoble du département de l’Aveyron est de 20000 hectares pour une production de 280000 hectolitres de vin consommé sur place et « amélioré » par des vins provenant du département de l’Hérault.
Les meilleurs crus sont alors produits à Bouysse, Chairan, Compeyre, Comprégnac, Pomarède et Troussit.
La crise phylloxérique, période d'une quarantaine d'années (1880-1920) où le vignoble souffrit du mildiou, de l'oïdium, du phylloxéra mais également d'invasion d'insectes (cochylis, eudémis, pyrale…) va provoquer la disparition progressive de l’ensemble du vignoble.
Au début du 20ème siècle, le vignoble est replanté et atteint la superficie de 5000 hectares en 1907.
La première guerre mondiale puis la seconde et les crises économiques vont anéantir le vignoble de la vallée du Tarn.
En 1957, il ne reste plus que 300 hectares de vignoble.
En 1966, les viticulteurs se regroupent dans un syndicat de défense du vin des gorges du Tarn.
Le 7 mars 1981, l'appellation Vin de Pays Gorges et Côtes de Millau est obtenue.
Le 12 avril 1994, l'appellation d'origine Vin Délimité de Qualité Supérieure Côtes de Millau est décernée.
Le 28 novembre 2011, l'appellation d'origine contrôlée est obtenue en vue du passage des Appellations d’origine contrôlée (AOC) en Appellations d'Origine Protégée (AOP).
En 2018, la superficie de l’appellation en exploitation est de 60 hectares.

.: ABC du Vin :.
Représente 5 % de la production de l'appellation.
.: ABC du Vin :.
Vin a la robe jaune claire avec des arômes fleuris (aubépine) et des notes de noisettes et une touche végétale.
Température de service : 08-10 °C (46-50 °F).
Garde potentielle : 1 à 2 ans.

.: ABC du Vin :.
Représente 20 % de la production de l'appellation.
.: ABC du Vin :.
Vin à la couleur vive, frais et aux arômes de fruits rouges (fraise).
Température de service : 08-10 °C (46-50 °F).
Garde potentielle : 1 à 2 ans.

.: ABC du Vin :.
Représente 75 % de la production de l'appellation.
.: ABC du Vin :.
Vin léger et fruité marqué par des arômes de fruits rouges (cassis, cerise, fraise framboise), de violette et quelques notes épicées.
Température de service : 15-17 °C (59-63 °F).
Garde potentielle : 3 à 4 ans.

Synthèse des conditions de production du décret d'appellation :
  • Densité minimale de plantation : 4500 pieds à l’hectare.
  • L'irrigation est interdite.


  • .: ABC du Vin :.
  • Encépagement : Cépage principal (50 % minimum) : Chenin.
    Cépage accessoire (10 % minimum) : Mauzac.
  • Richesse minimale en sucre des moûts : 170 g/L.
  • Rendement visé : 55 hl/ha.
  • Rendement butoir : 60 hL/ha.
  • Titre alcoométrique volumique naturel minimum : 10,5 %.
  • Assemblage dans les mêmes proportions que celles prévues pour l’encépagement.
  • Enrichissement : Autorisé.
  • Titre alcoométrique volumique total maximum après enrichissement : 12,5 %.
  • Teneur maximale en sucres résiduels : 4 g/L maximum.
  • Élevage au minimum jusqu'au 15 janvier de l’année suivant la récolte.
  • Commercialisation possible à partir du 1er février suivant la récolte.


  • .: ABC du Vin :.
  • Encépagement : Cépage principal (50 % minimum) : Gamay.
    Cépages accessoires : Cabernet-sauvignon, Duras, Fer, Syrah.
  • Richesse minimale en sucre des moûts : 189 g/L.
  • Rendement visé : 55 hl/ha.
  • Rendement butoir : 60 hL/ha.
  • Titre alcoométrique volumique naturel minimum : 11 %.
  • Assemblage dans les mêmes proportions que celles prévues pour l’encépagement.
  • Enrichissement : Autorisé.
  • Titre alcoométrique volumique total maximum après enrichissement : 13 %.
  • Élaboration par saignée dans une proportion minimale de 20 % de chaque lot faisant l’objet d’une transaction en vrac ou conditionné.
  • Teneur maximale en sucres résiduels : 4 g/L maximum.
  • Élevage au minimum jusqu'au 15 janvier de l’année suivant la récolte.
  • Commercialisation possible à partir du 1er février suivant la récolte.


  • .: ABC du Vin :.
  • Encépagement : Cépages obligatoires principaux : Gamay (30 % minimum), Syrah (30 % minimum).
    Cépage complémentaire (10 % minimum, 30 % maximum) : Cabernet-sauvignon.
    Cépages accessoires : Duras (20 % maximum), Fer (20 % maximum).
  • Richesse minimale en sucre des moûts : 189 g/L.
  • Rendement visé : 55 hl/ha.
  • Rendement butoir : 60 hL/ha.
  • Titre alcoométrique volumique naturel minimum : 11 %.
  • Assemblage obligatoire d’au moins trois cépages.
    Présence du cépage Gamay (30 % minimum), du cépage Syrah (30 % minimum) et du cépage complémentaire Cabernet-sauvignon (10 à 30% maximum).
    L’assemblage doit être réalisé avant le 1er avril de la 2ème année suivant celle de la récolte.
  • Enrichissement : Autorisé.
  • Titre alcoométrique volumique total maximum après enrichissement : 13 %.
  • Teneur maximale en sucres résiduels : 3 g/L maximum si le titre alcoométrique volumique naturel est inférieur ou égal à 14 %, 4 g/L au-delà.
  • Élevage au minimum jusqu'au 15 août de l’année suivant la récolte.
  • Commercialisation possible à partir du 1er septembre de l’année suivant la récolte.
  • Dernière modification: 25 Septembre 2021
    Éditeurs: Sylvain Torchet
    < Page d'accueil Dictionnaires | Top 10 | A propos | Liens | Connexion ^ Haut de la page
    © 2008 Sylvain Torchet XHTML | CSS Powered by Glossword 1.8.13