.: ABC du Vin :.
Appellations et Crus classés
A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T V W Z
CA CH CL CO CR CU
CHA CHE CHI CHO CHÂ CHÉ

Château Corbin

Catégorie de l'appellation
Classement Grand cru Classé de Saint-Emilion
Date du classement 16/06/1955 Grand cru Classé, 17/11/1969 Grand cru Classé, 23/05/1986 Grand cru Classé, 08/11/1996 Grand cru Classé, 12/12/2006 † Grand cru Classé, 29/10/2012 Grand cru Classé
Carte
Caractéristiques géographiques
Pays France
Région Bordelais
Sous-région Saint-Emilion
Commune(s)
  • Saint-Emilion.

Sol
Superficie (ha) 13
Climat Océanique
Couleurs et cépages
Couleur(s) Rouge
Encépagement Merlot, Cabernet franc, Malbec (ou Côt)
Production (hl)
Dégustation
Type de vin Vin à la robe pourpre aux arômes de fruits noirs et rouges (cassis, cerise, mûre, myrtille) avec des notes d'épices et de sous-bois marqué par des tannins solides et fondus.
Température de service 16 °C à 18 °C
Garde potentielle 15 à 30 ans
Autres informations
Appellation(s) rattachée(s) Saint-Emilion
Appellation(s) de repli(s)
Site internet Site de la propriété ou du propriétaire
Caractéristiques
.: ABC du Vin :.

Présentation :
Domaine de 13 hectares situé au nord-ouest de Saint-Émilion, à l'est de château Cheval-Blanc, à proximité de Lussac et de l'appellation Pomerol. Le domaine est entouré par de nombreux grands crus classés : château Chauvin, château Corbin-Michotte, château Grand-Corbin, château Grand-Corbin-Despagne, Château Haut-Corbin †, château Jean-Faure et le château Ripeau.
Le vignoble (80 % Merlot, 20 % Cabernet franc) est d'un seul tenant. Il possède une superficie de 12,6 hectares et est installé sur un sol d'argile, de graves et de sable sur socle calcaire riche en fer.
Passé de 10 à 13 hectares au cours des différents classements.
Le domaine tire son nom de la seigneurie de Corbin.

Histoire :
Ce domaine se situe parmi les plus anciens de Saint-Émilion. Il pourrait prendre son origine dès le 13ème siècle avec la maison noble de Corbin dont Arnaud de Corbin était le seigneur en 1273 ou 1274.
En 1400, le château de Corbin est offert à Walter Clyfford par Henri IV d'Angleterre (1364-1413).
En 1451, sous le règne d'Henri VI d'Angleterre (1421-1471), le château Corbin est en possession de Raymond Maillet, baron.
Après la bataille de Castillon le 17 juillet 1453, Raimond Maillet reste le seigneur de Corbin et se rallie donc certainement au roi de France.
A la fin du 15ème siècle, Guillaume de Maillet, seigneur de Corbin, fut maire de Libourne en 1495.
François de Maillet va succéder à son père à la tête de la seigneurie et son frère Raimond de Maillet, écuyer, sera jurat de Libourne en 1513 et maire entre 1522 et 1523.
Vers 1660, la seigneurie de Corbin est divisée en deux entre André de Maillet et Jacques de Maillet. La seigneurie de Corbin restera dans la famille de Maillet jusqu'à la Révolution française. Le dernier seigneur de Corbin connu est Louis de Maillet, écuyer et sieur de Corbin. Il est co-seigneur de Corbin avec Guillaume Ignace de Bouchereau de Saint-Georges, écuyer et président trésorier de France de la généralité de Guyenne.
A la Révolution française, la seigneurie est saisie comme Bien National, Guillaume Ignace de Bouchereau de Saint-Georges émigre, on ne sait pas ce que devient Louis de Maillet. La seigneurie est démembrée avant d'être vendue par adjudication.
L'acheteur est Jean-Mathias Auguste Chaperon (1753-1825), négociant de Libourne qui fut un des principaux adjudicataires (acheteur) de biens nationaux du secteur (la famille Chaperon achètera 26 biens répartis sur Fronsac, Libourne et Saint-Émilion). Le domaine acheté possède alors une superficie de 42 hectares regroupant les futurs châteaux Corbin, La Dominique, Jean Faure et Ripeau.
Après le décès en 1825, d'Auguste Chaperon, c'est son fils Jean Chaperon-Grangère (1773-1832) qui reprend le domaine baptisé château Corbin et Jean Faure. Le vignoble possède alors une superficie de 15 hectares.
Après le décès de Jean Chaperon-Grangère, c’est son épouse Marguerite Delphine née Rulleau (1780-1845) qui reprend la direction des deux domaines.
Le domaine passe ensuite, je suppose, de Delphine à un cousin : Jean-Paul Chaperon (1826-1903). Il va diriger le château Corbin et Jean Faure pendant plus de cinquante années, jusqu'à son décès le 4 juin 1903. C’est sous sa direction que le château actuel est construit sur les fondations du château féodal bâti au 15ème siècle.
Après le décès de Paul Chaperon, c'est sa veuve, Françoise Louise Marie née Lacaze (1830-1920) qui reprend la direction du domaine.
Après le décès de Marie Chaperon, sa fille Jeanne Marie Catherine Denise Chaperon (1854-1939) épouse de François Marie Emmanuel Dupuy de La Grandrive (1847-1927) hérite du château Corbin et Jean Faure.
En 1924, Joseph Giraud, négociant en vins, rachète le château Corbin à Emmanuel Dupuy de La Grandrive. Le vignoble ne possède plus alors qu'une superficie de huit hectares puisque le vignoble de Jean Faure fut vendu en 1921 à Marcel Loubat.
A compter de ce moment, Joseph Giraud va progressivement agrandir son vignoble et porter la superficie à 13 hectares avant la seconde guerre mondiale.
Joseph Giraud, puis sa femme vont diriger le domaine, ainsi que le domaine Certan-Giraud à Pomerol, jusqu'à leur décès où la société civile des domaines Giraud sera créée et regroupera les héritiers de ce couple.
Le domaine sera alors dirigé par Alain Giraud, également propriétaire du château Grand-Corbin.
En 1955, le domaine intègre le premier classement des crus de Saint-Émilion dans la catégorie premier grand cru classé.
A compter de 1969, la mise en bouteille au domaine devient obligatoire pour l'appellation Saint-Émilion Grand cru et pour les Grands crus classés.
En 1999, le château Certan-Giraud est vendu aux Établissements Jean-Pierre Moueix. Dans le même temps, le château Corbin est repris en indivision par la fille de Joseph Giraud, madame Marie-Joseph Blanchard et ses petites-filles Anabelle Cruse Bardinet, Barbara et Vanessa Cruse. La direction du domaine est alors confiée à Anabelle Cruse Bardinet, œnologue de formation.
La vente de Certan-Giraud permettant de lancer la rénovation du château Corbin et de son vignoble.
Le vignoble est conduit en agriculture raisonnée et sa densité portée de 6666 à 8333 pieds/hectare.
Les vinifications sont parcellaires et menées en cuves béton thermo-régulées
A compter de 2006, l’œnologue consultant du domaine est Jean-Philippe Fort de la société de Michel Rolland.
En 2007, Anabelle Cruse Bardinet et son époux deviennent propriétaire de la totalité du domaine.
Le 29 octobre 2012, le domaine intègre, après la proposition du 6 septembre 2012 de l'Institut National de l'Origine et de la Qualité (INAO), le classement officiel des crus de l'AOC Saint-Émilion Grand Cru dans la catégorie : Grand Cru Classé.
En 2016, le cuvier du domaine est entièrement rénové avec l’installation de 18 cuves en ciment thermo-régulées de 50 hL permettant des vinifications parcellaires.

Les vins :
Le second vin du domaine porte le nom de : XX de Corbin.
Existe depuis le millésime 2004. Auparavant, il portait le nom de Corbin Vieille Tour.
Densité moyenne de plantation de 6000 pieds/ha.
Élevage en fût de chêne de 16 à 18 mois. (40 à 50 % neuves).
Rendement moyen : 40 à 45 hl/an.
Production moyenne de 450 à 550 hl/An (80 % pour le grand vin).
Dernière modification: 8 Juillet 2020
Éditeurs: Sylvain Torchet
< Page d'accueil Dictionnaires | Top 10 | A propos | Liens | Connexion ^ Haut de la page
© 2008 Sylvain Torchet XHTML | CSS Powered by Glossword 1.8.13