.: ABC du Vin :.
Appellations et Crus classés
A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T V W Z
MA ME MI MO MU
MUE MUS MUT

Muscat de Lunel

Catégorie de l'appellation
Classement AOC
Date du classement 27/10/1943
Carte
Caractéristiques géographiques
Pays France
Région Languedoc-Roussillon
Sous-région Languedoc
Commune(s)
  • Hérault :
    Lunel, Lunel-Viel, Saturargues, Vérargues.

Sol Argile, Grès, Sable
Superficie (ha) 357
Climat Méditerranéen
Couleurs et cépages
Couleur(s) Blanc
Encépagement Muscat blanc (Muscat à petits grains blancs)
Production (hl) 8209
Dégustation
Type de vin Vin parfumé et gras à la robe or avec des arômes de fleurs, de fruits confits et de fruits secs.
Température de service 07 °C à 10 °C
Garde potentielle 1 à 2 ans
Autres informations
Appellation(s) rattachée(s) Muscat de Lunel muscat de Noël
Appellation(s) de repli(s)
Site internet
Caractéristiques
.: ABC du Vin :.

Présentation :
Appellation située sur 4 communes à mi-chemin entre Montpellier et Nîmes le long de la voie Domitienne (Via Domitia) sur la rive droite du Vidourle.
Le vignoble est disposé sur la plaine alluviale du Rhône avec un terroir légèrement vallonné constitué d’argile rouge et de galets roulés.
Le climat est méditerranéen.

Histoire :
La première trace de vin que l’on puisse retrouver dans la région Languedoc remonte à 700 avant Jésus-Christ à Calvisson entre Nimes et Montpellier où du vin apporté par des Etrusques fut consommé (4.000 tessons d’amphores vinaires ont été découvert sur l’oppidum de la Liquière).
La viticulture débute probablement dans la région Languedoc-Roussillon dès le 6ème siècle avant Jésus-Christ avec les phocéens qui installent un comptoir à Agde.
En juin 2013, on a retrouvé au sud de Lattes dans l'agglomération de Montpellier des traces de vinifications dans un pressoir en calcaire remontant entre - 425 et - 400 avant Jésus-Christ ainsi que des amphores contenant des résidus datant de – 500 à – 475 avant Jésus-Christ.
La diffusion du vignoble dans cette région sera effectuée par les romains lors de la conquête de la Gaule et la région prendra le nom de Gaule narbonnaise à compter de 118 avant Jésus-Christ. Elle s'étend de Vienne sur le Rhône, jusqu’aux Pyrénées.
Dès cette époque, les vins de la région s'exportent dans tout le bassin méditerranéen (Egypte, Grèce, Italie, Turquie...) depuis Sète notamment.
En 888, Lunel, fondé sur des terrains marécageux vers le 1er siècle après J.C est érigé en une baronnie composée de 13 villages et devient après l’an 1000 la possession de la famille d’Anduze (Bernard Pelet d'Anduze ? Seigneur de Sauve et de Sommières) avant de passer entre 1004 et 1007 à Gaucelm vassal du seigneur d’Anduze et Sauve.
1285 est la date attribuée pour la découverte par Arnau de Vilanova (1238-1311) du procédé de mutage des moûts (ajout d'alcool dans le vin pour en augmenter le degré).
En 1728 un canal reliant Lunel à la côte est achevé qui permet le transport du charbon de terre, des eaux-de-vie et du vin.
Entre 1730 et 1780, le vin de Lunel est produit essentiellement au sommet d’un coteau nommé la côte du Mazet à Lunel-Viel, possession de l’abbé Bouquet (1729-1781). Les raisins y sont alors récoltés par tries successives.
En mai 1787, Thomas Jefferson (1743-1826), futur troisième président des États-Unis visite le Languedoc et précise que Lunel est réputé pour son muscat blanc (il existe un muscat rouge produit par addition de vin d’Alicante).
En 1816, André Jullien, dans sa Topographie de tous les vignobles connus indique que le muscat de Lunel n’est qu’une faible partie de la production viticole locale qui est principalement consacrée à la production de vins rouges communs essentiellement destinés à la distillation, Lunel possédant de nombreuses fabriques d’eau-de-vie et d’esprit-de-vin.
Vers 1870, il existait une production de vin moelleux et liquoreux à base du cépage Furmint dans les communes de l’appellation Muscat de Lunel (Emile Nourrigat).
La loi du 1er septembre 1871, dans son article 3 prévoit de taxer les vins présentant, une force alcoolique supérieure à quinze degrés d’un double droit de consommation ce qui provoque un problème, les vins de la région de Collioure titrant régulièrement au-delà de 15 % en réaction à cette loi, le 2 août 1872, une loi proposée par Emmanuel Arago (1812-1896) reconnaît l’existence d’une production originale de vins pouvant présenter un titre alcoométrique volumique acquis supérieur à 15 % et nécessitant l’addition d’alcool ou d’eau-de-vie portant son titre alcoométrique volumique jusqu’à 18 % afin d’éviter les problèmes de transport. Cette loi a pour conséquence d’encourager la production de vins doux naturels.
Le 13 avril 1898, une loi proposée par le député Jules Pams 1852-1930) réserve l'utilisation de la mention traditionnelle "vin doux naturel" aux vins qui "auront la possibilité d'être maintenus sous le régime des vins, moyennant paiement d'un demi droit de consommation de l'alcool employé au mutage.
Le 3 septembre 1913 une cave coopérative de vignerons est fondée à Lunel-Viel.
Le 15 juillet 1914, une loi proposée par Emmanuel Brousse (1866-1926), député de Prades, détermine les cépages autorisés pour la production de vin doux naturel : Grenache, Macabeu, Malvoisie et Muscat.
En 1942, le syndicat des Muscats de Lunel et son président Noël Chevallier ( ?-1963) débute les démarches pour obtenir l’appellation d’origine contrôlée Muscat de Lunel.
Le 27 octobre 1943, l’appellation d’origine contrôlée Muscat de Lunel est créée. Elle est réservée aux vins produits sur les communes de Lunel, Lunel-Viel et Vérargues issus du cépage muscat possédant un degré alcoolique acquis minimum de 15 ° et un rendement maximal de 20 hL/ha. Les vins doux naturels doivent également posséder une richesse en sucres résiduels (alors appelé sucre naturel) de 125 g/L. Les vins de liqueur doivent également posséder une richesse en sucres résiduels (alors appelé sucre naturel) de 178 g/L.
En 1953, la superficie du vignoble est de 24 hectares.
En 1956, la cave coopérative de Muscat de Lunel est créée.
En 1969, la superficie du vignoble est de 145 hectares.
En 1984, l’aire parcellaire est révisée.
Le décret du 13 octobre 2009 autorise la mention complémentaire Muscat de Noël.
En 2016, l’aire parcellaire est révisée.

Les vins :

.: ABC du Vin :.
.: ABC du Vin :.
Vin liquoreux à la robe or ambrée, gras et parfumé aux arômes muscatés de fleurs (rose), de fruits confits et de fruits secs.
Température de service : 08-10 °C (46-50 °F).
Garde potentielle : 2 à 8 ans.

.: ABC du Vin :.
.: ABC du Vin :.
Muscat de Noël :
Le muscat de Noël est l'équivalent des vins de primeur commercialisés l'année même de leur récolte.
Le plus connu est le Beaujolais nouveau, commercialisé le 3ème jeudi de novembre.
Particularité le Muscat de Noël ne peut être commercialisé qu'en bouteille.
Vin à la robe or pâle, croquant, aux arômes d’agrumes (citron), de fleurs blanches et de raisin frais évoluant sur des notes de muscat et d’épices (poivre).
Température de service : 08-10 °C (46-50 °F).
Garde potentielle : 0 à 1 an.

Synthèse des conditions de production du décret d'appellation :
  • Densité minimale de plantation : 4000 pieds à l’hectare.
  • L'irrigation est : Autorisée avant le 1er mai et jusqu’à la récolte et à titre exceptionnelle du 15 juin au 15 août ou entre la fermeture de la grappe et à la véraison si autorisation délivrée par le directeur de l'Institut national de l'origine et de la qualité.

  • .: ABC du Vin :.
    Muscat de Noël :
  • Encépagement : Muscat blanc (Muscat à petits grains blancs).
  • Richesse minimale en sucre des moûts : 252 g/L.
  • Rendement visé : 30 hL/ha.
  • Rendement butoir : 40 hL/ha.
  • Titre alcoométrique volumique acquis minimum : 15 %.
  • Titre alcoométrique volumique total supérieur ou égal : 21,5 %.
  • Enrichissement : Interdit.
  • Mutage : Réalisé par apport d’alcool neutre vinique titrant au minimum 96 % vol., dans la limite, évaluée en alcool pur, de 5 % minimum et 10 % maximum du volume du moût mis en œuvre.
    L’opération de mutage est effectuée avant le 31 décembre de l’année de récolte du moût, toutefois, des compléments de mutage peuvent être réalisés, dans la limite d’un apport total de 10 % en alcool pur, avant la déclaration de revendication.
  • Sucres résiduels : 110 g/L minimum.
  • Embouteillage : Obligatoire avant le 1er décembre de l’année de récolte.
  • Commercialisation possible à partir du troisième jeudi du mois de novembre de l'année de récolte.
  • La mention du millésime est obligatoire.
    La mention traditionnelle « vin doux naturel » est inscrite sur les étiquettes.

  • .: ABC du Vin :.
  • Encépagement : Muscat blanc (Muscat à petits grains blancs).
  • Richesse minimale en sucre des moûts : 252 g/L.
  • Rendement visé : 30 hL/ha.
  • Rendement butoir : 40 hL/ha.
  • Titre alcoométrique volumique acquis minimum : 15 %.
  • Titre alcoométrique volumique total supérieur ou égal : 21,5 %.
  • Enrichissement : Interdit.
  • Mutage : Réalisé par apport d’alcool neutre vinique titrant au minimum 96 % vol., dans la limite, évaluée en alcool pur, de 5 % minimum et 10 % maximum du volume du moût mis en œuvre.
    L’opération de mutage est effectuée avant le 31 décembre de l’année de récolte du moût, toutefois, des compléments de mutage peuvent être réalisés, dans la limite d’un apport total de 10 % en alcool pur, avant la déclaration de revendication.
  • Sucres résiduels : 110 g/L minimum.
  • Élevage au minimum jusqu'au 31 janvier de l’année suivant la récolte.
  • Commercialisation possible à partir du 15 février de l’année suivant la récolte.
  • La mention traditionnelle « vin doux naturel » est inscrite sur les étiquettes.
  • Dernière modification: 21 Mai 2020
    Éditeurs: Sylvain Torchet
    < Page d'accueil Dictionnaires | Top 10 | A propos | Liens | Connexion ^ Haut de la page
    © 2008 Sylvain Torchet XHTML | CSS Powered by Glossword 1.8.13