.: ABC du Vin :.
Appellations et Crus classés
A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T V W Z
CA CH CL CO CR CU
COL CON COR COS COT COU

Collioure

Catégorie de l'appellation
Classement AOC
Date du classement 03/12/1971
Carte
Caractéristiques géographiques
Pays France
Région Languedoc-Roussillon
Sous-région Roussillon
Commune(s)
  • Pyrénées Orientales :
    Banyuls, Cerbère, Collioure, Port-Vendres.

Sol Schiste
Superficie (ha) 572
Climat Méditerranéen
Couleurs et cépages
Couleur(s) Blanc / Rosé / Rouge
Encépagement Carignan, Cinsault, Grenache blanc, Grenache gris, Grenache noir, Macabeu, Marsanne, Mourvèdre, Roussanne, Syrah, Torbato (Tourbat) , Vermentino
Production (hl) 18858
Dégustation
Type de vin
Température de service
Garde potentielle
Autres informations
Appellation(s) rattachée(s)
Appellation(s) de repli(s)
Site internet Site du Conseil interprofessionel des vins du Rousillon
Caractéristiques
.: ABC du Vin :.

Présentation :
Cette appellation est la plus méridionale de la France. Elle se situe dans le département des Pyrénées-Orientales à une quarantaine de kilomètres au sud-est de Perpignan, à la limite de la frontière espagnole.
Elle domine la mer, s'étend sur 4 communes des Albères et englobe une autre appellation : Banyuls.
Le vignoble est installé sur des terrasses dont l'altitude varie de 0 à 400 mètres avec un sol de schistes et est exposé principalement vers l'est.
Le climat est de type méditerranéen.

Histoire :
La création d'un vignoble dans ce secteur du Roussillon pourrait remonter à la présence ibère du 5ème siècle avant Jésus Christ. La création de Collioure et de son port à cette époque ayant pour but de commercer avec les marchands grecs d'Ampurias près de Gérone.
Collioure va continuer à se développer.
Au Moyen-Âge, Collioure appartient au comté de Roussillon, dont Gaucelme de Roussillon ou Gaucelme de Gothie ( ?-834).
En 1173, suite au décès de Girard II de Roussillon ( ?-1172), Alphonse II d'Aragon (1157-1193) devient comte du Roussillon.
Entre le 12ème siècle et le 14ème siècle, des templiers s’établissent à Banyuls et Collioure. Dès cette époque, Collioure devient le premier port du Roussillon.
En 1241, Jacques Ier d'Aragon dit le Conquérant (1208-1276) devient comte du Roussillon et entre 1242 et 1280 le château de Collioure est reconstruit à l’emplacement d’une maison templière.
Affirmation peu probable, ce sont les templiers qui ont créé le vignoble en terrasses et le système d’évacuation des eaux de pluie (agulla, feixa et peu de gall). Il y a plus de chance que le vignoble fut déjà existant à l’intérieur des terres avant leur arrivée et que les templiers utilisèrent le port pour transporter la production de leurs possessions locales.
Les vins produits dans la région sont alors des vins secs et fortement alcoolisés ce qui leur permet d’être gardé et transporté.
En 1461, Louis XI dit le Prudent (1423-1483) occupe le comté du Roussillon avant que Charles VIII (1470-1498) ne le restitue en 1493 à Ferdinand II d'Aragon dit le Catholique (1452-1516). Le port de Collioure est alors un port important, on exporte de l’huile, du textile et du vin et on importe des épices et des tissus orientaux.
En 1642, Louis XIII (1601-1643) prend la ville qui devient définitivement française en 1659 avec le traité des Pyrénées signé le 7 novembre 1659 par Louis XIV.
Vers 1775, le vignoble de la région va connaître un fort développement car les travailleurs locaux vont devenir pêcheurs d’avril à septembre et vignerons le reste de l’année. C’est probablement à cette époque que les vignobles en terrasses vont se développer et porter la superficie du vignoble à 3000 hectares.
En 1816, André Jullien, dans sa Topographie de tous les vignobles connus indique que les vins rouges de Collioure ont une couleur foncée, pleins de corps et de spiritueux. Il parle également des vins de Cospéron (Cosprons) qui est un hameau de Port-Vendres actuellement.
Le 23 avril 1823, la commune de Port-Vendres est créée à partir de parties des communes de Banyuls sur Mer et de Collioure.
Le 20 février 1858, le chemin de fer relie Narbonne à Perpignan, Port-Vendres est atteint en 1867 et la connexion avec l’Espagne est faite en 1878.
Jusqu'au Codex medicamentarius de 1880 le vin de Malaga était le vin de base des vins médicinaux. Il est alors remplacé par le vin de Grenache comme vin officinal, suite aux travaux du pharmacien Paul Oliver (1842-1890) de Collioure.
La loi du 1er septembre 1871, dans son article 3 prévoit de taxer les vins présentant, une force alcoolique supérieure à quinze degrés d’un double droit de consommation ce qui provoque un problème, les vins de la région de Collioure titrant régulièrement au-delà de 15 %.
Le 2 août 1872, une loi proposée par Emmanuel Arago (1812-1896) reconnaît l’existence d’une production originale de vins dans l’Aude et les Pyrénées-Orientales pouvant présenter un titre alcoométrique volumique acquis supérieur à 15 % et nécessitant l’addition d’alcool ou d’eau-de-vie portant son titre alcoométrique volumique jusqu’à 18 % afin d’éviter les problèmes de transport. Cette loi a pour conséquence d’encourager la production de vins doux naturels au détriment des vins secs dans la région.
En 1884, le phylloxéra fait son apparition dans le vignoble de Collioure.
Le 13 avril 1898, une loi proposée par le député Jules Pams 1852-1930) réserve l'utilisation de la mention traditionnelle "vin doux naturel" aux vins qui "auront la possibilité d'être maintenus sous le régime des vins, moyennant paiement d'un demi droit de consommation de l'alcool employé au mutage.
En 1902, les vignerons créent un syndicat viticoles regroupant Banyuls, Cerbère, Collioure et Port-Vendres.
Le 10 septembre 1909, un décret publié le 18 septembre défini la délimitation géographique de l’appellation régionale Banyuls.
Le 6 août 1936, l’appellation d’origine contrôlée Banyuls est créée pour les vins doux naturels. La production de vins secs étant anecdotique.
Le 3 décembre 1971, l’appellation d’origine contrôlée Collioure est créée uniquement pour les vins rouges.
Le 9 avril 1991, un décret autorise la production de vins rosés dans l’appellation Collioure.
Le 24 juillet 2003, la production de vins blancs est autorisée dans l’appellation.

Les vins :
Le vignoble s'étend sur une superficie de 1800 hectares.
.: ABC du Vin :.
.: ABC du Vin :.
Vin jaune clair à reflets verts avec des arômes d’agrumes (citron), de fleurs et de fruits blancs parfois miellés avec une note légèrement épicée.
Température de service : 10-12 °C (50-54 °F).
Garde potentielle : 4 à 8 ans.
.: ABC du Vin :.
.: ABC du Vin :.
Vin a la robe colorée avec des reflets orangés, des arômes exotiques et de mûres, assez vineux avec des notes épicées.
Température de service : 10-12 °C (50-54 °F).
Garde potentielle : 1 à 2 ans.
.: ABC du Vin :.
.: ABC du Vin :.
Vin a la robe grenat, charpenté, concentré et tannique, aux arômes de fruits rouges, de fleurs et d'épices.
Température de service : 15-17 °C (59-63 °F).
Garde potentielle : 5 à 10 ans.

Conditions de production du décret d'appellation :
  • Densité minimale de plantation : 4000 pieds/hectare.
  • L'irrigation est interdite.
  • Vendanges manuelles obligatoires.

  • .: ABC du Vin :.
  • Encépagement : Cépages principaux : Grenache blanc, Grenache gris, Macabeu, Marsanne, Roussanne, Tourbat, Vermentino.
    Cépages accessoires : Carignan blanc, Muscat petits grains (5 % maximum), Muscat d’Alexandrie (5 % maximum).
  • Rendement de base : 40 hl/ha.
  • Rendement butoir : 48 hl/ha.
  • Richesse minimale en sucre des moûts : 207 g/L.
  • Assemblage : Les vins proviennent de l’assemblage de raisins, de moûts ou de vins dans les mêmes proportions que celles prévues pour l’encépagement.
  • Titre alcoométrique volumique naturel minimum : 12 %.
  • Enrichissement : Interdit.
  • Elaboration : Le débourbage est obligatoire pour les moûts issus du cépage Grenache gris.
  • Sucres résiduels : 4 g/L maximum.
  • Élevage au minimum jusqu'au 15 février de l’année suivant la récolte.
  • Commercialisation possible à partir du 1er mars de l’année suivant la récolte.

  • .: ABC du Vin :.
  • Encépagement : Cépages principaux : Carignan, Grenache, Grenache gris, Mourvèdre, Syrah.
    Cépages accessoires : Cinsaut, Counoise.
  • Rendement de base : 40 hl/ha.
  • Rendement butoir : 48 hl/ha.
  • Richesse minimale en sucre des moûts : 198 g/L.
  • Assemblage d’au moins deux cépages.
  • Titre alcoométrique volumique naturel minimum : 11,5 %.
  • Enrichissement : Interdit.
  • Commercialisation possible à partir du 15 décembre de l'année de récolte.

  • .: ABC du Vin :.
  • Encépagement : Cépages principaux : Carignan, Grenache, Mourvèdre, Syrah.
    Cépages accessoires : Cinsaut, Counoise.
  • Rendement de base : 40 hl/ha.
  • Rendement butoir : 48 hl/ha.
  • Richesse minimale en sucre des moûts : 207 g/L.
  • Assemblage d’au moins deux cépages.
  • Titre alcoométrique volumique naturel minimum : 12 %.
  • Enrichissement : Interdit.
  • Elaboration : La durée de macération de la vendange (non foulée, foulée ou égrappée) est d’au moins 5 Jours.
  • Sucres résiduels : 3 g/L maximum si le titre alcoométrique volumique naturel est inférieur ou égal à 14 %, 4 g/L au-delà.
  • Élevage au minimum jusqu'au 15 mai de l’année suivant celle de la récolte.
  • Commercialisation possible à partir du 1er juin de l’année suivant celle de la récolte.
  • Voir aussi : Banyuls
    Dernière modification: 30 Mai 2019
    Éditeurs: Sylvain Torchet
    < Page d'accueil Dictionnaires | Top 10 | A propos | Liens | Connexion ^ Haut de la page
    © 2008 Sylvain Torchet XHTML | CSS Powered by Glossword 1.8.13