.: ABC du Vin :.
Appellations et Crus classés
A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T V W Z
CA CH CL CO CR CU
COL CON COR COS COT COU

Corbières

Catégorie de l'appellation
Classement AOC
Date du classement 24/12/1985
Carte
Caractéristiques géographiques
Pays France
Région Languedoc-Roussillon
Sous-région Aude
Commune(s)
  • Aude :
    Albas, Arquettes en Val, Bages, Barbaira, Bizanet, Boutenac, Camplong d'Aude, Canet d'Aude, Capendu, Cascastel, Caunettes en Val, Caves, Comigne, Conilhac, Coustouge, Cruscades, Cucugnan, Davejean, Dernacueillette, Douzens, Duilhac, Durban, Embres et Castelmaure, Escales, Fabrezan, Felines-Termenès, Ferrals les Corbières, Feuilla, Fitou, Floure, Fontcouverte, Fontiès d'Aude, Fontjoncouse, Fraisse des Corbières, Gruissan, Jonquières, Labastide en Val, Lagrasse, Lapalme, Laroque de Fa, Leucate, Lézignan-Corbières, Luc sur Orbieu, Maironnes, Maisons, Montbrun, Montgaillard, Montirat, Montlaur, Montredon, Montséret, Monze, Moux, Narbonne, Névian, Ornaisons, Padern, Palairac, Paziols, Peyriac de Mer, Port la Nouvelle, Portel, Pradelles en Val, Quintillan, Ribaute, Rieux en Val, Roquefort des Corbières, Rouffiac des Corbières, Saint-André de Roquelongue, Saint-Jean de Barrou, Saint-Laurent de la Cabrerisse, Saint-Pierre des Champs, Servies en Val, Sigean, Talairan, Taurize, Termes, Thézan, Tournissan, Treilles, Tuchan, Villar en Val, Vignevieille, Villeneuve des Corbières, Villerouge-Termenès, Villesèque des Corbières, Villetritouls.

Sol Calcaire, Grès, Schistes
Superficie (ha) 13034
Climat Méditerranéen
Couleurs et cépages
Couleur(s) Blanc / Rosé / Rouge
Encépagement Bourboulenc, Carignan, Cinsault, Clairette, Grenache blanc, Grenache noir, Lledoner pelut, Macabeu, Marsanne, Mourvèdre, Muscat blanc, Roussanne, Piquepoul blanc, Piquepoul noir, Syrah, Terret blanc, Terret noir, Vermentino
Production (hl) 560000
Dégustation
Type de vin
Température de service
Garde potentielle
Autres informations
Appellation(s) rattachée(s)
Appellation(s) de repli(s)
Site internet Site officiel de l'appellation
Caractéristiques
.: ABC du Vin :.

Présentation :
Corbières est la plus grande appellation du Languedoc en superficie.
Cette appellation répartie sur sur 87 communes couvre une grande partie du département de l'Aude avec une superficie théorique supérieure à 22000 hectares.
Le vignoble se réparti dans une zone formant un quadrilatère entre Carcassonne et Narbonne avec au nord l'Aude, à l'est, la mer, au sud, le département des Pyrénées-Orientales et à l'ouest le Limouxin avec un vignoble s'étalant du bord de mer jusqu'à 400 mètres d'altitude.
Le syndicat de l'appellation a décomposé l'appellation en 11 zones différentes du nord au sud pour délimiter les meilleurs terroirs afin de définir des crus ultérieurement :
1/ Montagne d'Alaric (Sud-Ouest de Carcassonne, Barbaira, Capendu, Comigne, Douzens, Floure, Fontcouverte et Moux. Vignoble de terrasses calcaires et d'altitude, cépage majoritaire : Carignan).
2/ Serviès-en-Val (Sud-Ouest de Narbonne, Arquettes-en-Val, Fontiès d'Aude, Labastide-en-Val, Mayronnes, Montirat, Montlaur, Monze, Pradelles-en-Val, Taurize, Villar-en-Val, Villetritouls et une partie des communes de Caunettes-en-Val, Rieux-en-Val et Serviès-en-Val. Vignoble d'altitude, cépage majoritaire : Syrah).
3/ Boutenac (Voir Corbières Boutenac).
4/ Fontfroide ( Bizanet, Montredon-des-Corbières, Narbonne, Névian, Saint-André-de-Roquelongue, et une partie de la commune d'Ornaisons. Vignoble établi sur un massif de grès, cépages principaux : Carignan, Mourvèdre, Syrah).
5/ Lézignan (Conilhac-Corbières, Cruscades, Lézignan-Corbières, Montbrun-des-Corbières et une partie des communes de Canet, Escales, Ferrals-les-Corbières, Luc-sur-Orbieu et Ornaisons. Vignoble sur des terrasses à galets. Cépage principal : Carignan).
6/ Lagrasse (Camplong-d'Aude, Lagrasse, Ribaute et une partie des communes de Caunettes-en-Val, Fabrezan, Rieux-en-Val, Saint-Pierre-des-Champs et Serviès-en-Val. Vignoble planté dans des vallées étroites. Cépages principaux : Carignan, Syrah).
7/ Sigean (Bages, Caves, Fitou, Gruissan, Leucate, La Palme, Peyriac-de-Mer, Portel-des-Corbières, Port-la-Nouvelle, Roquefort-des-Corbières, Sigean et Treilles. Vignoble sur un sol d'argile et de marnes. Cépages principaux : Carignan, Syrah).
8/ Durban (Cascastel-des-Corbières, Durban-Corbières, Embres-et-Castelmaure, Feuilla, Fraissé-des-Corbières, Paziols, Saint-Jean-de-Barrou, Tuchan, Villeneuve-des-Corbières, Villesèque-des-Corbières. Vignoble au sol calcaire et schisteux. Cépages principaux : Grenache, Syrah).
9/ Saint-Victor (Albas, Coustouge, Fontjoncouse, Jonquières, Quintillan, Talairan, Tournissan et une partie des communes de Saint-Laurent-de-la-Cabrerisse, Saint-Pierre-des-Champs et Thézan-des-Corbières. Vignoble implanté sur des plateaux de calcaires et de schistes. Cépages principaux : Carignan, Grenache noir, Syrah).
10/ Termenès (Davejean, Dernacueillette, Félines-Termenès, Laroque-de-Fa, Maisons, Montgaillard, Palairac, Rouffiac-des-Corbières, Termes, Vignevieille et Villerouge-Termenès. Vignoble sur un sol de schistes. Cépages principaux : Cinsault, Syrah).
11/ Quéribus (Cucugnan, Duilhac-sous-Peyrepertuse et Padern. Vignoble sur sol calcaire. Cépages principaux : Carignan, Grenache).

Histoire :
La diffusion du vignoble dans cette région sera effectuée par les romains lors de la conquête de la Gaule.
La région prendra le nom de Gaule narbonnaise à compter de 118 avant Jésus-Christ. Elle s'étend de Vienne sur le Rhône, jusqu’aux Pyrénées.
Dès cette époque, les vins de la région s'exportent dans tout le bassin méditerranéen (Egypte, Grèce, Italie, Turquie...) depuis Sète notamment.
En 92 après Jésus-Christ, l’Édit de l’Empereur Domitien (51-96) ayant pour but de protéger la viticulture italienne, interdit la plantation de toutes nouvelles vignes et même l'arrachage de la moitié des vignes des provinces sous domination romaine.
Après la domination romaine, dès le 8ème siècle, le vignoble continuera pourtant d'exister grâce aux ordres monastiques.
A partir de 1186, le secteur va connaître un fort développement commercial avec la construction de la Via Mercaderia par Ermengarde de Narbonne (1127 ?-1196?) sur une ancienne voie romaine reliant Narbonne à la Catalogne.
En octobre 1666, un édit royal décidé par Colbert (1619-1683), lance le creusement du canal du Midi sous la supervision de Pierre-Paul Riquet (1609-1680). Son ouverture en 1681, sous le règne de Louis XIV, permet le développement des échanges avec la façade atlantique.
En 1791, l’Aude possède un vignoble de 29312 hectares.
Durant le 19ème siècle, le vignoble va prendre son essor de façon intensive grâce à la production d'un vin pouvant assurer les besoins des villes industrielles du nord de la France.
En 1832, la superficie du vignoble du département de l’Aude est de 51079 hectares avec une production de 600000 hectolitres.
En 1839, la superficie du vignoble du département de l’Aude est de 57415 hectares et la diffusion des vins vers le nord de la France est assurée grâce au développement du chemin de fer avec l’ouverture de la ligne reliant Montpellier à Sète qui sera reliée à Paris à compter de 1855.
En 1856, l’oïdium atteint la région et provoque une chute de la production.
En 1859, Sète devient le premier port vinicole au monde.
En 1863, la superficie du vignoble de l’Aude atteint 69600 hectares.
En 1878, le département de l’Aude possède un vignoble de 120000 hectares et sa production de vin en 1879 atteint 3477412 hectolitres.
Vers 1883, le vignoble de l’Hérault est touché par le phylloxéra et sa production chute. Cela entraîne une intense plantation dans l’Aude dont le vignoble possède alors une superficie de 145250 hectares pour une production de seulement 4484441 hectolitres.
En 1887, l’Aude est atteint par la crise du phylloxéra et la superficie de son vignoble chute à 91721 hectares, sa production à 1896843 hectolitres.
Dès 1888, la superficie du vignoble de l’Aude remonte à 102903 hectares avec la replantation du vignoble avec des porte-greffes américains dans les plaines et l’utilisation de cépages à très forts rendement (Aramon notamment) afin de produire un vin bon marché et en grande quantité afin d'alimenter la France entière. Le résultat est la plantation d'un vignoble produisant autour de 50 hectolitres par hectare en moyenne, régulièrement plus en plaines, avec des pointes de 150 à 200 hectolitres par hectare pour les vignobles implantés en zone irrigables (Camargue notamment).
En 1899, le vignoble de l’Hérault possède une superficie de 188000 hectares.
Dès le début du 20ème siècle, les conséquences de cette production de masse vont se faire sentir, les quatre départements de l'Aude, du Gard, de l'Hérault et des Pyrénées-Orientales représentent 40 % de la production totale des vins français (colonies comprises).
La surproduction due à des millésimes d'abondance de 1904 à 1907 et à l'explosion de la production et des importations des vins d'Algérie utilisés pour le coupage des vins médiocres vont provoquer un effondrement du marché viticole (prix divisés par 4, de 20 francs l’hectolitre à 5 francs) et une forte agitation sociale dans cette région dépendant essentiellement de la production viticole.
Par la suite, ce que l'on appellera la révolte des vignerons du Languedoc, partie d’Argeliers dans l’Aude et menée par Marcellin Albert (1851-1921) abouti à la création de plusieurs lois et décrets :
Le 1er août 1905, en réponse, le gouvernement de l'époque créée une loi sur la répression des fraudes dans la vente des marchandises et falsification des denrées alimentaires et des produits agricoles (fraude sur la composition, la qualité des produits ou leur origine).
Le 6 août 1905, le parlement vote une loi sur la répression des fraudes sur les vins et spiritueux ; une réglementation du sucrage et réglemente la circulation du sucre (loi encore en vigueur actuellement).
Le 29 juin 1907 est voté une loi sur le mouillage des vins, les abus du sucrage et la déclaration de récolte. Cette loi abouti à déclarer la superficie du vignoble chaque année, la quantité totale de vin produit, l'état des stocks et à l'interdiction de la chaptalisation massive des vins.
Le 15 juillet 1907, une loi réglementant la circulation des vins et des alcools est votée.
Le 31 août 1907, une exonération fiscale des récoltes de 1904, 1905 et 1906 est accordée aux viticulteurs.
Le 3 septembre 1907, un décret défini le vin : Aucune boisson ne peut être détenue ou transportée en vue de la vente ou vendue sous le nom de vin que si elle provient exclusivement de la fermentation alcoolique du raisin frais ou du jus de raisin.
Le 21 octobre 1907 est créé le service de la répression des fraudes.
Le 26 janvier 1908, le syndicat de défense des Corbières est créé.
En 1910, le vignoble du département de l’Aude possède une superficie de 117900 hectares.
En 1915, le mildiou provoque une chute de la production (2601153 hectolitres dans le département de l’Aude).
En 1918, la superficie du vignoble de l’Aude est de 120000 hectares.
Après la première guerre mondiale le Languedoc représente le tiers de la production française de vin et va connaître jusqu'aux années 1970 une succession de crises dues à la surproduction et à la mévente de ses vins.
Le 2 juillet 1923, le tribunal civil de Narbonne défini l’appellation d’origine Vins de Corbières avec un degré alcoolique minimal de 10 ° et les cépages autorisés Carignan, Cinsault, Grenache Picpoul, Terret noir ou blanc et 10 % de cépages hybrides.
En 1945, une partie de l’appellation Corbières peut prendre la dénomination Corbières supérieures est définie.
Le 20 juillet 1949, le même tribunal limite la production à 40 hL/ha et le degré alcoolique à 11 °.
Le 2 avril 1951, un arrêté défini les appellations Vin Délimité de Qualité Supérieure Corbières (11 ° pour les vins blancs et rosés, 10 ° pour les vins rouges, rendement limité à 40 hL/ha) et Corbières supérieures (12,5 ° pour les vins blancs et rosés, 12 ° pour les vins rouges, rendement limité à 30 hL/ha).
Le 24 décembre 1985, l'appellation d'origine contrôlée Corbières est définie.
En 2010, la superficie du vignoble est de 17200 hectares.

Les vins :
.: ABC du Vin :.
Vin frais aux arômes fleuris (acacia, aubépine), fruités (pêche, poire) et d'agrumes.
Température de service : 09-11 °C (48-52 °F).
Garde potentielle : 2 à 4 ans.

.: ABC du Vin :.
Vin à la couleur claire, frais avec des notes fruitées d'abricot, de pêche et acidulées de fruits rouges (groseille).
Température de service : 08-10 °C (46-50 °F).
Garde potentielle : 2 à 3 ans.

.: ABC du Vin :.
Vin rouge puissant aux arômes de fruits noirs (cassis, mûre) libérant des arômes épicés (poivre), empyreumatique (cacao, café, réglisse), de gibier et d'herbes aromatiques (thym) en vieillissant.
Température de service : 15-17 °C (59-63 °F).
Garde potentielle : 8 à 10 ans.

Synthèse des conditions de production du décret d'appellation :
  • Densité minimale de plantation : 4000 pieds/ha.
  • Irrigation : Autorisée avant le 1er mai et jusqu’à la récolte et à titre exceptionnelle du 15 juin au 15 août ou entre la fermeture de la grappe et à la véraison si autorisation délivrée par le directeur de l'Institut national de l'origine et de la qualité.


  • .: ABC du Vin :.
  • Encépagement : Cépages principaux (90 % minimum) : Bourboulenc, Grenache blanc, Macabeu, Marsanne, Roussanne, Vermentino.
    Cépages accessoires (10 % maximum) : Clairette, Muscat blanc, Piquepoul blanc, Terret blanc.
  • Rendement visé : 50 hl/ha.
  • Rendement butoir : 60 hL/ha.
  • Assemblage obligatoire.
    Présence d’au moins un des cépages suivants (40 % minimum, 80 % maximum) : Grenache blanc, Macabeu, Marsanne, Roussanne, Vermentino.
  • Richesse minimale en sucre des moûts : 178 g/L.
  • Titre alcoométrique volumique naturel minimum : 11,5 %.
  • Enrichissement : Pas de disposition.
  • Utilisation de morceaux de bois : Pas de disposition.
  • Teneur maximale en sucres résiduels : 4 g/L maximum.
  • Commercialisation possible à partir du 15 décembre de l'année de récolte.


  • .: ABC du Vin :.
  • Encépagement : Cépages principaux (25 % minimum) : Grenache noir, Lledoner pelut, Mourvèdre, Piquepoul noir, Syrah.
    Cépage secondaire : Cinsault (75 % maximum).
    Cépages accessoires (50 % maximum) : Carignan, Grenache gris (10 % maximum), Terret noir.
    Autres cépages (10 % maximum) : Bourboulenc, Clairette, Grenache blanc, Macabeu, Marsanne, Muscat blanc, Piquepoul blanc, Roussanne, Terret blanc, Terret noir, Vermentino.
  • Rendement visé : 50 hl/ha.
  • Rendement butoir : 60 hL/ha.
  • Assemblage de raisins, de moûts ou de vins, à l’exception de vins issus de cépages blancs lorsque ceux-ci sont vinifiés séparément.
    Présence d’au moins un cépage principal (40 % minimum, 80 % maximum).
  • Richesse minimale en sucre des moûts : 198 g/L.
  • Titre alcoométrique volumique naturel minimum : 11,5 %.
  • Enrichissement : Pas de disposition.
  • Utilisation de morceaux de bois : Pas de disposition.
  • L'utilisation de charbon oenologique est : Autorisée pour les moûts issus de presse et vins nouveaux encore en fermentation (20 % maximum du volume élaboré).
  • Teneur maximale en sucres résiduels : 4 g/L maximum.
  • Commercialisation possible à partir du 15 décembre de l'année de récolte.


  • .: ABC du Vin :.
  • Encépagement : Cépages principaux (50 % minimum) : Grenache noir, Lledoner pelut, Mourvèdre, Syrah.
    Cépages accessoires : Carignan, Cinsault (20 % maximum), Grenache gris (maximum 10 %), Piquepoul noir, Terret noir.
  • Rendement visé : 50 hl/ha.
  • Rendement butoir : 60 hL/ha.
  • Assemblage de raisins, de moûts ou de vins.
    Présence d’au moins un cépage principal (40 % minimum, 80 % maximum).
  • Richesse minimale en sucre des moûts : 198 g/L.
  • Titre alcoométrique volumique naturel minimum : 12 %.
  • Enrichissement : Pas de disposition.
  • Utilisation de morceaux de bois : Pas de disposition.
  • Teneur maximale en sucres résiduels : 3 g/L maximum si le titre alcoométrique volumique naturel est inférieur ou égal à 14 %, 4 g/L au-delà.
  • Commercialisation possible à partir du 15 décembre de l'année de récolte.
  • Voir aussi : Corbières Boutenac
    Dernière modification: 11 Avril 2019
    Éditeurs: Sylvain Torchet
    < Page d'accueil Dictionnaires | Top 10 | A propos | Liens | Connexion ^ Haut de la page
    © 2008 Sylvain Torchet XHTML | CSS Powered by Glossword 1.8.13