.: ABC du Vin :.
Appellations et Crus classés
A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T V W Z
MA ME MI MO MU
MÂC

Mâcon

Catégorie de l'appellation
Classement AOC
Date du classement 31/07/1937
Carte Mâcon
Caractéristiques géographiques
Pays France
Région Bourgogne
Sous-région Mâconnais
Commune(s)
  • Saône et Loire :
    Ameugny, Azé, Bergesserin, Berzé la Ville, Berzé le Châtel, Bissy la Mâconnaise, Bissy sous Uxelles, Blanot, Bonnay, Bourgvilain, Boyer, Brandon, Bray, Bresse sur Grosne, Buffières, Burgy, Burnand, Burzy, Bussières, Chaintré, Champagny sous Uxelles, Chânes, Chapaize, La Chapelle de Guinchay, La Chapelle du Mont de France, La Chapelle sous Brancion, Charbonnières, Chardonnay, Charnay lès Mâcon, Chasselas, Château, Chérizet, Chevagny les Chevrières, Chissey lès Mâcon, Clermain, Clessé, Cluny, Cormatin, Cortambert, Cortevaix, Crêches sur Saône, Cruzille, Curtil sous Buffières, Curtil sous Burnand, Davayé, Dompierre les Ormes, Donzy le National, Donzy le Pertuis, Étrigny, Farges lès Mâcon, Flagy, Fleurville, Fuissé, Germolles sur Grosne, Grevilly, Hurigny, Igé, Jalogny, Jugy, Lacrost, Laives, Laizé, Leynes, Lournand, Lugny, Mâcon, Malay, Mancey, Martailly lès Brancion, Massilly, Massy, Matour, Mazille, Milly-Lamartine, Montagny sur Grosne, Montbellet, Montceaux-Ragny, Montmelard, Nanton, Ozenay, Passy, Péronne, Pierreclos, Plottes, Préty, Prissé, Pruzilly, Ratenelle, La Roche-Vineuse, Romanèche-Thorins, Romenay, Royer, Sailly, Saint-Albain, Saint-Amour Bellevue, Saint-André le Désert, Saint-Gengoux de Scissé, Saint-Gengoux le National, Saint-Huruge, Saint-Léger sous la Bussière, Saint-Martin Belle Roche, Saint-Maurice de Satonnay, Saint-Pierre le Vieux, Saint-Point, Saint-Symphorien d'Ancelles, Saint-Vérand, Saint-Vincent des Prés, Saint-Ythaire, Sainte-Cécile, La Salle, Salornay sur Guye, Sancé, Savigny sur Grosne, Sennecey le Grand, Senozan, Serrières, Sigy le Châtel, Sologny, Solutré-Pouilly, Taizé, Tournus, Tramayes, Trambly, Trivy, La Truchère, Uchizy, Varennes lès Mâcon, Vergisson, Vers, Verzé, Le Villars, La Vineuse, Vinzelles, Viré, Vitry lès Cluny.

Sol Argile, Calcaire, Sable
Superficie (ha) 2041
Climat Continental
Couleurs et cépages
Couleur(s) Blanc / Rosé / Rouge
Encépagement Chardonnay, Gamay, Pinot noir
Production (hl) 41764
Dégustation
Type de vin
Température de service
Garde potentielle
Autres informations
Appellation(s) rattachée(s)
Appellation(s) de repli(s)
Site internet Site du syndicat viticole de l'appellation
Caractéristiques
.: ABC du Vin :.

Présentation
Appellation de la partie sud de la Bourgogne située entre la Côte Chalonnaise et le Beaujolais, dans le département de la Saône-et-Loire. Elle se répartie sur 91 communes de l’arrondissement de Mâcon.
L'appellation s’étend du nord de Tournus au sud de Mâcon sur une bande d'environ 40 kilomètres par 10 kilomètres de large, depuis Sennecey le Grand au nord, la rivière La Saône à l'est, Saint-Gengoux-le National au nord-Ouest, jusqu'à la rivière l'Arlois au sud de Mâcon qui sépare l'appellation Mâcon de l'appellation Saint-Amour et des Monts du Beaujolais.
Le vignoble est installé sur des coteaux aux sommets boisés appelés Monts du Mâconnais à une altitude variant de 100 à 400 mètres, orientés principalement vers l’est et l’ouest et séparés par des failles parallèles.
En général, le sol est de type granitique recouvert de sables avec des sédiments argileux ou marno-calcaires importants en piémont. A noter la présence de chailles (galets de silice ou de grès) dans le sol du vignoble.
Les parcelles de vigne destinées à la production de vins blancs sont généralement disposées sur des sols calcaires. Les parcelles destinées aux vins rouges sur tous les types de sols de l'appellation.
Le climat est de type océanique avec une influence méridionale.
L'appellation Mâcon peut être complétée par 27 dénominations géographiques complémentaires avec des conditions de production plus restrictives.
L'appellation Mâcon-villages est une mention complémentaire réservée aux vins blancs avec ses propres conditions de production dont bénéficie 80 communes.
Le nom de la commune de Mâcon vient de Mastico à l'époque romaine.

Histoire
La vigne existait sans doute à l'état sauvage en Bourgogne avant l'invasion romaine (-58 avant J.C).
En 96, un édit de l'empereur Domitien ordonne la suppression de la vigne hors d'Italie, sans doute afin de relancer la production de vin en Italie.
En 281, l'empereur Probus révoque l'édit de Domitien ce qui a pour conséquence de relancer la culture de la vigne en Bourgogne.
Après la chute des Burgondes (mort de Gondebaud en 506), la vigne fut développée par les monastères au moins pour un usage sacramentel.
En 909 ou 9110, l'abbaye de Cluny est fondée par Guillaume Ier d'Aquitaine (875-918) et son premier abbé est Bernon de Beaume (850-927).
Dès le 10ème siècle, les moines défrichent et plantent les coteaux abandonnés autour des monastères et les terrains qui leurs sont donnés. Ils introduisent également la taille courte de la vigne.
Dès le 12ème siècle, une sélection des cépages est opérée et les terroirs commencent à être délimités et en 1180, la construction de l'abbatiale de Cluny est achevée.
En 1395, un édit de Philippe II de Bourgogne (1342-1404), dit Philippe le Hardi, interdit la culture du cépage Gamay au profit du cépage Pinot noir sur l'ensemble de la Bourgogne afin d’améliorer la qualité des vins produits. Un autre édit de la même année interdit l'emploi du fumier dans les vignes comme engrais car il donne un vin jaune et gras.
En 1416, Charles VI de France (1368-1422), dit Charles le Bien-Aimé ou encore Charles le fol défini par un édit les délimitations de la zone de production des vins de Bourgogne de pont de Sens dans l'Yonne au Mâconnais.
Au 15ème siècle, l'abbaye de Cluny dirige plus de mille monastère répartis dans toute l'Europe.
Au 17ème siècle, une rivalité qui durera jusqu'au 19ème siècle, oppose le vignoble du mâconnais au vignoble du Beaujolais pour l'accession aux marchés des vins de Lyon (les vins de Mâcon étaient fortement taxés car étrangers au gouvernement de Lyon) et de Paris. Les deux vignobles vendent alors généralement leurs productions sous le nom de vins de Mâcon et utilisent les mêmes tonneaux et usages de vente. Mâcon accuse le cépage Gamay de produire des vins grandements nuisibles au corps humain à partir d'un raisin interdit en de nombreux endroits et tout spécialement en Bourgogne du fait de sa nature grandement corrosive.
Dès le milieu du 17ème siècle, les vins du Mâconnais approvisionnent Paris en vin bon marché.
La Révolution française va provoquer un énorme bouleversement dans la structure du vignoble bourguignon puisqu'en novembre 1789 la totalité des biens possédés par le Clergé, qui était à cette époque le plus gros propriétaires terriens des vignobles bourguignons, sont saisis comme Bien national.
En 1793, les archives de l'abbaye de Cluny sont brûlées et en 1798, les vignobles et l'abbaye sont vendus.
Après la crise phylloxérique, période d'une quarantaine d'années (1880-1920) où le vignoble souffrit du mildiou, de l'oïdium, du phylloxéra mais également d'invasion d'insectes (cochylis, eudémis, pyrale...), qui débute ici vers 1890, le vignoble est replanté avec les cépages Chardonnay, Gamay et Pinot noir.
Jusqu'au milieu du 20ème siècle, la production était essentiellement en rouge.
Le 7 décembre 1922, le Tribunal de Première Instance de Mâcon délimite l'appellation Pouilly-Fuissé et crée l'appellation d'origine simple Pouilly-Fuissé qui deviendra appellation d'origine contrôlée le 11 septembre 1936.
Le 25 octobre 1925 est créé à l’initiative d’Henri Boulay (1889-1942), la première cave coopérative du Mâconnais à Saint-Gengoux-de-Scissé (82 coopérateurs), la même année est fondée une autre coopérative vinicole à Lugny (116 coopérateurs), puis Azé et Viré en 1927 et Lugny-lès-Mâcon en 1930.
Le 1er décembre 1931, le Tribunal de Première Instance de Mâcon défini les délimitations de l'appellation d'origine simple Pouilly-Vinzelles.
Le 31 juillet 1937, l’appellation d’origine contrôlée Mâcon est créée par décret publié au Journal Officiel du 11 août 1937 pour des vins produits uniquement dans l’arrondissement de Mâcon. Les vins autorisés sont rosés et rouges. Les vins rouges sont issus des cépages Gamay, Pinot gris et Pinot noir avec pour cépages accessoires dans la limite de 15 % les Gamay teinturier et il reste possible d’ajouter jusque 15 % d’Aligoté, de Chardonnay et de Melon (Gamay blanc). La richesse minimale en sucre des moûts est de 145 g/L, le rendement maximal de 50 hL/ha (moyenne sur 5 ans) et le degré alcoolique minimal de 8,5 °. Les vins rosés obéissent aux mêmes règles de production mais sont produits uniquement à partir de cépages rouges.
Le même jour, l’appellation Mâcon blanc ou Pinot-Chardonnay Mâcon est créée par un autre décret. Les conditions de production sont les suivantes, encépagement : Chardonnay, Pinot blanc, richesse minimale des moûts : 170 g/L, degré alcoolique minimal des vins : 10 ° et un rendement limité à 50 hL/ha (moyenne sur 5 ans.
Les mêmes décrets du 31 juillet 1937 précisent que si le nom d’une commune est ajoutée après l’appellation Mâcon, les règles de production sont identiques pour l’encépagement, mais la richesse minimale en sucre des moûts est de 162 g/L pour les vins rouges avec un degré alcoolique minimal de 9,5 °, 187 g/L pour les vins blancs et un degré alcoolique minimal de 11 °. Le rendement est limité à 45 hL/ha (moyenne sur 5 ans).
Le 20 février 1939, un décret agrandit la délimitation de l’appellation Mâcon à plusieurs communes de l’arrondissement de Chalon sur Saône uniquement pour des vins rosés et rouges : Boyer, Bresse-sur-Grosne, Champagny-sous-Uxelles, Champlieu, Étrigny, Jugy, Laives, Mancey, Montceaux-Ragny, Nanton, Sennecey-le-Grand et Vers.
Le 27 avril 1940, les appellations Pouilly-Loché et Pouilly-Vinzelles sont créées.
Le décret du 16 mars 1943 modifie les conditions de production de l’appellation. Pour le Mâcon blanc ou Pinot-Chardonnay Mâcon en portant la richesse minimale en sucre des moûts à 178 g/L et le degré alcoolique minimal des vins à 10,5 °. Pour le Mâcon rosé : richesse minimale en sucre des moûts à 162 g/L et le degré alcoolique minimal des vins à 9,5 °, pour le Mâcon rouge, la richesse minimale en sucre des moûts est de 162 g/L et le degré alcoolique minimal des vins est porté à 9 °. Pour les vins ajoutant le nom d’une commune, en blanc, la richesse minimale en sucre des moûts est de 196 g/L et le degré alcoolique minimal des vins de 11,5 °, en rosé, la richesse minimale en sucre des moûts est de 178 g/L et le degré alcoolique minimal des vins de 10,5 ° et pour les vins rouges, la richesse minimale en sucre des moûts est de 180 g/L et le degré alcoolique minimal des vins de 10 °.
Le décret du 14 octobre 1943 crée l’appellation Mâcon supérieur pour des vins blancs rosés ou rouges qui respectent les mêmes conditions de production que les vins ajoutant le nom d’une commune après l’appellation Mâcon. Soit, en blanc : une richesse minimale en sucre des moûts de 187 g/L et le degré alcoolique minimal des vins de 11 °, en rosé et en rouge : la richesse minimale en sucre des moûts est de 180 g/L et le degré alcoolique minimal des vins de 10 °.
Le 12 septembre 2005, les appellations Mâcon Supérieur et Pinot-Chardonnay Mâcon sont abrogées et reversées dans les appellations Mâcon et Mâcon Villages.
En 2019, la superficie de l’appellation régionale Mâcon est de 83 hectares, celle des Mâcon-villages de 1900 hectares et celle des Mâcon suivi d’une dénomination de village de 1400 hectares.
En 2021, une cité des vins de Mâcon devait ouvrir.

Les vins :
Le vignoble du Mâconnais représente plus de 3200 hectares, essentiellement en appellation Mâcon-Villages (1300 hectares) et en appellation Mâcon suivi d'un nom de commune (1800 hectares). Ces deux dénominations représentent plus des trois quarts de la production de l'appellation Mâcon.
La production de l'appellation Mâcon se fait essentiellement en blanc (plus de 50 % du total).
Seuls les vins produits dans l'appellation Mâcon sont autorisés à posséder du cépage Pinot noir dans leur encépagement.

.: ABC du Vin :.Blanc :
.: ABC du Vin :.
Il existe des vins blancs issus de raisins botrytisés produisant un vin moelleux ou presque liquoreux.
Vin à la robe claire avec des reflets paillés, léger et souple aux arômes de fleurs blanches (acacia, chèvrefeuille, genêt...) avec une note citronnée et parfois des notes d'amandes et de noisettes.
Température de service : 10-12 °C (50-54 °F).
Garde potentielle : 2 à 3 ans.

Blanc primeur :
La mention « primeur » ou « nouveau » est réservée aux vins tranquilles blancs et rosés. Les vins de primeur sont des vins commercialisés l'année même de leur récolte. Le plus connu est le Beaujolais nouveau, commercialisé le 3ème jeudi de novembre.
Vin à la robe pâle, léger et souple aux arômes de fleurs blanches (acacia, chèvrefeuille, genêt...) avec une note citronnée.
Température de service : 10-12 °C (50-54 °F).
Garde potentielle : 1 an.

.: ABC du Vin :.Rosé :
.: ABC du Vin :.
Vin léger et frais aux arômes de cassis et de framboise.
Température de service : 10-12 °C (50-54 °F).
Garde potentielle : 1 à 2 ans.

Rosé primeur :
La mention « primeur » ou « nouveau » est réservée aux vins tranquilles blancs et rosés. Les vins de primeur sont des vins commercialisés l'année même de leur récolte. Le plus connu est le Beaujolais nouveau, commercialisé le 3ème jeudi de novembre.
Vin léger aux arômes fruités (cassis, framboise).
Température de service : 10-12 °C (50-54 °F).
Garde potentielle : 1 an.

.: ABC du Vin :.Rouge :
.: ABC du Vin :.
Les vins rouges sont essentiellement présents dans le secteur des communes de Bussières, Pierreclos et Serrières.
Vin à la robe rouge cerise avec des reflets violacés aux arômes fruités (cassis, framboise) avec des notes épicées et minérales.
A boire jeune.
Température de service : 14-16 °C (57-61 °F).
Garde potentielle : 2 à 3 ans.

Synthèse des conditions de production du décret d'appellation :
  • Densité minimale de plantation : 7000 pieds à l'hectare.
  • L'irrigation est interdite.

  • .: ABC du Vin :.Blanc :
  • Encépagement : Chardonnay.
  • Rendement visé : 70 hL/ha.
  • Rendement butoir : 75 hL/ha.
  • Richesse minimale en sucre des moûts : 162 g/L.
  • Titre alcoométrique volumique naturel minimum : 10 %.
  • Enrichissement : Autorisé.
  • Titre alcoométrique volumique total maximum après enrichissement : 12,5 %.
  • Utilisation de morceaux de bois : Interdite.
  • Teneur en sucres résiduels : 3 g/L maximum.
  • Commercialisation possible à partir du 15 décembre de l'année de récolte.

  • Blanc primeur :
  • Encépagement : Chardonnay.
  • Rendement visé : 70 hL/ha.
  • Rendement butoir : 75 hL/ha.
  • Richesse minimale en sucre des moûts : 162 g/L.
  • Titre alcoométrique volumique naturel minimum : 10 %.
  • Enrichissement : Autorisé.
  • Titre alcoométrique volumique total maximum après enrichissement : 12,5 %.
  • Utilisation de morceaux de bois : Interdite.
  • Teneur en sucres résiduels : 3 g/L maximum.
  • Commercialisation possible à partir du troisième jeudi du mois de novembre de l'année de récolte.

  • .: ABC du Vin :.Rosé :
  • Encépagement : Gamay, Pinot noir.
  • Rendement visé : 64 hL/ha.
  • Rendement butoir : 69 hL/ha.
  • Richesse minimale en sucre des moûts : 171 g/L.
  • Titre alcoométrique volumique naturel minimum : 10 %.
  • Enrichissement : Autorisé.
  • Titre alcoométrique volumique total maximum après enrichissement : 13 %.
  • Utilisation de morceaux de bois : Interdite.
  • L'utilisation de charbon oenologique est : Interdite.
  • Teneur en sucres résiduels : 3 g/L maximum.
  • Commercialisation possible à partir du 15 décembre de l'année de récolte.

  • Rosé primeur :
  • Encépagement : Gamay, Pinot noir.
  • Rendement visé : 64 hL/ha.
  • Rendement butoir : 69 hL/ha.
  • Richesse minimale en sucre des moûts : 171 g/L.
  • Titre alcoométrique volumique naturel minimum : 10 %.
  • Enrichissement : Autorisé.
  • Titre alcoométrique volumique total maximum après enrichissement : 13 %.
  • Utilisation de morceaux de bois : Interdite.
  • L'utilisation de charbon oenologique est : Interdite.
  • Teneur en sucres résiduels : 3 g/L maximum.
  • Commercialisation possible à partir du troisième jeudi du mois de novembre de l'année de récolte.

  • .: ABC du Vin :.Rouge :
  • Encépagement : Gamay, Pinot noir.
  • Rendement visé : 64 hL/ha.
  • Rendement butoir : 69 hL/ha.
  • Richesse minimale en sucre des moûts : 171 g/L.
  • Titre alcoométrique volumique naturel minimum : 10 %.
  • Enrichissement : Autorisé.
  • Les techniques soustractives d'enrichissement (TSE) sont autorisées dans la limite d'un taux de concentration de 10 %.
  • Titre alcoométrique volumique total maximum après enrichissement : 13 %.
  • Utilisation de morceaux de bois : Interdite.
  • Teneur en sucres résiduels : 2 g/L maximum.
  • Commercialisation possible à partir du 15 décembre de l'année de récolte.
  • Dernière modification: 13 Décembre 2020
    Éditeurs: Sylvain Torchet
    < Page d'accueil Dictionnaires | Top 10 | A propos | Liens | Connexion ^ Haut de la page
    © 2008 Sylvain Torchet XHTML | CSS Powered by Glossword 1.8.13