.: ABC du Vin :.
Appellations et Crus classés
A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T V W Z
MA ME MI MO MU
MOE MON MOR MOS MOU

Moulin à Vent

Catégorie de l'appellation
Classement AOC
Date du classement 11/09/1936
Carte Moulin à Vent
Caractéristiques géographiques
Pays France
Région Bourgogne
Sous-région Beaujolais
Commune(s)
  • Rhône :
    Chénas, Saône et Loire : Romanèche-Thorins.

Sol Granit, Sable
Superficie (ha) 657
Climat Continental
Couleurs et cépages
Couleur(s) Rouge
Encépagement Cépage principal : Gamay. Cépages accessoires (15 % maximum) : Aligoté, Chardonnay, Melon, Pinot noir (autorisé jusqu'en 2015 dans la limite de 15 % ).
Production (hl) 35350
Dégustation
Type de vin Vin robuste à la robe sombre aux arômes de fleurs (iris, rose, violette), de fruits rouges (cerise) prenant en vieillissant des notes épicées, de gibier et de sous-bois. C'est le plus « Bourguignon » des crus du Beaujolais.
Température de service 14 °C à 16 °C
Garde potentielle 5 à 10 ans
Autres informations
Appellation(s) rattachée(s)
Appellation(s) de repli(s) Beaujolais
Site internet Site officiel de l'appellation
Caractéristiques
.: ABC du Vin :.

Présentation
Appellation située à 15 kilomètres au sud-ouest de Mâcon et 25 kilomètres au nord de Villefranche-Sur-Saône, encadrée par les appellations Chénas et Fleurie.
Le vignoble est disposé sur une croupe de roche granitique avec des coteaux plus marqués dominant Chénas et en pente douce avec des terrasses vers Romanèche-Thorins.
Le sol est constitué de granit rose plus ou moins dégradé avec de l’oxyde de fer, du manganèse et en surface de l’argile et du mica.
Le vignoble est orienté vers l'est et le sud-est face à la vallée de la Saône, à une altitude comprise entre 190 et 420 mètres.
Le climat est de type océanique dégradé avec des influences continentales dues aux Monts du Beaujolais et méridionales avec la vallée de la Saône.
L'appellation comporte 68 lieux-dits.
Elle tire son nom d'un moulin à vent construit vers 1550, situé dans le hameau des Thorins à cheval sur les communes de Chénas et de Romanèche-Thorins qui avait perdu ses ailes en 1910 et les a retrouvé en 1999.

Histoire
Le vignoble s’est développé à partir du Moyen-Âge grâce à la bourgeoisie lyonnaise.
En 1763, les vins du Moulin à Vent sont cités pour la première fois dans un mémoire pour Sieur Pierre Etienne Chalandon (1680-?), commissionnaire à Mâcon contre Alexandre Brosse, son commis et Louis Thommasson, huissier interdit.
En 1816, André Jullien, dans sa Topographie de tous les vignobles connus indique que les vins de Moulin à Vent produit les vins les plus fins et les plus délicats du pays. Ils ont de la légèreté, beaucoup de spiritueux, de la sève et un joli bouquet. Les Thorins, hameau de la même commune, récolte des vins de la même espèce et qui possèdent, à quelques nuances près, les mêmes qualités ; ils peuvent être mis en bouteilles dix-huit mois ou deux ans après la récolte.
Le 17 avril 1924, le tribunal de Mâcon défini les délimitations géographiques de l'appellation Thorins ou Moulin à Vent. C'est le premier cru du Beaujolais à bénéficié d'une délimitation.
Le 5 juillet 1925, l’Union des Viticulteurs du cru Moulin à Vent est créée.
En 1934, la cave coopérative du château de Chénas est fondée avec 44 viticulteurs et produit des vins étiquetés, Beaujolais, Chénas et Moulin à Vent..
Le 11 septembre 1936, l'appellation d'origine contrôlée est obtenue, publié au Journal Officiel du 4 octobre 1936. La superficie de l’appellation est alors de 689 hectares 90 ares et 79 centiares répartis sur les communes de Chénas et de Romanèche sur un sol granitique. Le cépage autorisé est le Gamay mais il reste possible d’ajouter jusque 15 % d’Aligoté, de Chardonnay ou de Gamay blanc (Melon), la richesse minimale des moûts est fixée à 170 g/L (187 g/L si ajout du nom d’un climat), le rendement maximal autorisé est fixé à 40 hL/ha (moyenne sur 5 ans) et le degré minimum des vins produits est de 10 ° (11 ° si mention d’un climat).
Le 28 mars 1938, un décret abroge l’appellation d’origine simple Moulin à Vent.
En 1999, le moulin à vent qui a donné son nom à l'appellation et qui fut classé monument historique en 1930 est restauré. Il appartient depuis 1853 à la même famille : Chastel-Sauzet.
Le 26 novembre 2004, quinze climats Champ de Cour, Champagne, En Morperay, La Delatte, La Pierre, La Roche, La Rochelle, Le Carquelin, Les Bois Maréchaux, Les Burdelines, Les Caves, Les Joies, Les Rouchaux, Les Verillats et Rochegrès sont autorisés par L'I.N.A.O à accoler leur nom à l'appellation Moulin-à-Vent.
Depuis le décret du 29 octobre 2009, cette autorisation est supprimée.
En 2010, la superficie du vignoble de l’appellation est de 650 hectares.

Les vins :
Vin obtenu par macération semi-carbonique (le raisin n'est pas égrappé, ni foulé, les cuves sont saturées par le propre gaz carbonique des raisins).
Le nom de l'appellation d'origine contrôlée peut être complété de la mention "cru du Beaujolais".
Jusqu'au millésime 2015, le cépage Pinot noir était un cépage accessoire de l'appellation Moulin à Vent.

.: ABC du Vin :.Rouge :
.: ABC du Vin :.
Vin robuste à la robe sombre allant du rubis au grenat avec des arômes de fleurs (iris, rose fanée, violette), de fruits rouges (cerise) prenant en vieillissant des notes épicées, de gibier, de sous-bois et de truffe.
C'est le plus « Bourguignon » des crus du Beaujolais.
Les vins de l'appellation Moulin à Vent sont considérés comme les plus masculins des crus du Beaujolais. Ce que l'on peut résumer par la phrase : En Beaujolais, si le Moulin-à-Vent est le roi, le Fleurie en est la reine.
Attendre 2 à 3 ans avant de commencer à boire.
Température de service : 14-16 °C (57-61 °F).
Garde potentielle : 5 à 10 ans.

Synthèse des conditions de production du décret d'appellation :
  • Densité minimale de plantation : 6000 pieds/hectare.
  • Irrigation : Interdite.
  • Encépagement : Cépage principal : Gamay.
    Cépages accessoires (15 % maximum) : Aligoté, Chardonnay, Melon.
  • Rendement visé : 56 hL/ha.
  • Rendement butoir : 61 hL/ha.
  • Richesse minimale en sucre des moûts : 180 g/L.
  • Titre alcoométrique volumique naturel minimum : 10,5 %.
  • Enrichissement : Autorisé.
  • La concentration partielle des moûts de raisins par les techniques soustractives d'enrichissement est autorisée, elle ne peut pas dépasser 10 % du volume du moût de départ.
  • Titre alcoométrique volumique total maximal après enrichissement : 13 %.
  • Utilisation de morceaux de bois : Interdit.
  • Teneur en sucres résiduels : 3 g/L maximum.
  • Élevage au minimum jusqu’au 1er mars de l’année suivant la récolte.
  • Commercialisation possible à partir du 15 mars de l’année suivant la récolte.
  • Dernière modification: 8 Novembre 2018
    Éditeurs: Sylvain Torchet
    < Page d'accueil Dictionnaires | Top 10 | A propos | Liens | Connexion ^ Haut de la page
    © 2008 Sylvain Torchet XHTML | CSS Powered by Glossword 1.8.13