.: ABC du Vin :.
Appellations et Crus classés
A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T V W Z
SA SC SE SI SO SP ST
SAB SAC SAE SAI SAM SAN SAR SAU SAV

Savennières

Catégorie de l'appellation
Classement AOC
Date du classement 08/12/1952
Carte
Caractéristiques géographiques
Pays France
Région Vallée de la Loire
Sous-région Maine et Loire
Commune(s)
  • Maine et Loire :
    Bouchemaine, La Possonnière, Savennières.

Sol Grès, Sable, Schiste
Superficie (ha) 146
Climat Océanique
Couleurs et cépages
Couleur(s) Blanc
Encépagement Chenin
Production (hl) 5208
Dégustation
Type de vin Vin à la robe or avec des arômes d'agrumes (citron, pamplemousse), de fleurs blanches (acacia, jasmin, tilleul), de fruits (pêche blanche, poire) avec une note minérale (pierre à fusil) et parfois légèrement miellés. Nécessite une garde de quelques années avant de le consommer.
Température de service 08 °C à 10 °C
Garde potentielle 10 à 25 ans
Autres informations
Appellation(s) rattachée(s) Savennières Coulée de Serrant, Savennières Roche aux Moines
Appellation(s) de repli(s)
Site internet Site de promotion des appellations du Val de Loire
Caractéristiques
.: ABC du Vin :.

Présentation :
Appellation située à 15 kilomètres au sud-Ouest d'Angers sur des coteaux dominant la rive droite de la Loire.
Le vignoble de 7 hectares (100 % Chenin) est disposé sur des coteaux orientés sud, sud-ouest.

Histoire :
D'abord limitée aux parcelles proches des grandes abbayes d'Angers, la culture de la vigne s'est étendue tout autour d'Angers, puis sur les coteaux de Pruniers et Bouchemaine au IVème siècle. Vers 1130, les moines de l'abbaye de Saint-Nicolas d'Angers plantent un coteau surplombant la Loire qui donnera son nom à « La Roche aux Moines ».
En 1140, des religieuses bénédictines construisent, dans le bourg de La Possonnière, un couvent nommé « Le Prieuré ». De vastes clos de vigne entourent alors leur bâtisse. Dès lors, le vin de « Savennières » est apprécié sur les nobles tables et plus particulièrement, au Xvème siècle sur la table du bon roi RENE (RENE Ier d'Anjou). Celui-ci, à la faveur d'une halte sur la commune, dégustant un verre de vin issu d'une parcelle à l'ouest du bourg, il le qualifie de « goutte d'or ». Cette parcelle est connue, depuis, sous la dénomination de « Clos de la goutte d’or ».
Le vignoble se développe surtout au cours des XVIIème et XVIIIème siècles. BIDET et DUHAMEL de MONCEAU, dans leur « Traité sur la nature et la culture de la vigne » paru en 1749, disent : « Les coteaux qui règnent le long de la Loire, des deux cotés de cette rivière, forment les différents vignobles de l'Anjou; ces coteaux sont à 1⁄2 lieue ou 1⁄4 de lieue de distance les uns des autres, à commencer depuis Angers jusqu'à 7 ou 8 lieues par delà, vers la Bretagne. Ce ne sont que rochers, autrefois absolument stériles, occupés par des broussailles, des halliers et des vieux arbres; ce qui rendait le pays inaccessible et impénétrable, et en faisait la retraite de toutes sortes de bêtes fauves ou d'animaux venimeux. Le terroir, très difficile à défricher, est maintenant parfaitement cultivé et tout planté en vignes, jusqu'à l'endroit ou le coteau commence à s'aplanir et se retourner du coté du nord, ce qui va à 1⁄4 de lieue ou 1⁄2 lieue d'étendue. Les coteaux du coté droit de la Loire, en descendant pour aller à Nantes, se présentent au midi, et par conséquent le vin y est meilleur et plus fort que celui du coté gauche... ».
Les coteaux et les terres près du bourg de Savennières se couvrent de vigne et chaque habitation, dans la campagne, possède plusieurs planches de vigne. A la veille de la révolution, les cahiers de doléances, rédigés par les états généraux, donnent la situation du vignoble sur les coteaux. « Savennières : 2460 habitants, 1/3 en vignes d'un excellent cru...Je n'ai pas vu de paroisse plus taxée que Savennières. » écrit alors, M. DERTROU, syndic.
Le XIXème siècle voit une profonde métamorphose de la viticulture en raison des progrès substantiels faits en œnologie et en protection des végétaux, sous l'action de propriétaires comme GUILLORY, soucieux d'obtenir des vins de qualité et de maintenir la réputation des vins de « Savennières ». De nombreuses expériences sont alors réalisées, tant sur l'essai d'autres cépages, avec notamment le verdelho de Madère dont, selon le professeur MAISONNEUVE, une soixantaine de pieds était cultivée à la « Coulée de Serrant », que sur l'aménagement de terrasses ou les essais de palissage. Pourtant le cépage chenin B reste le cépage de prédilection du vignoble.
Jules GUYOT, lors d'une de ses visites, en 1865, décrit parfaitement le mode de conduite, parlant ainsi d'une taille à coursons, d'ébourgeonnage, et d'une récolte quand « une grande partie des raisins est blettie,.. ».
L’appellation d’origine contrôlée « Savennières » est reconnue par le décret du 8 décembre 1952, qui définit principalement les vins avec des sucres fermentescibles. Ce décret a, sous l'impulsion des présidents successifs du syndicat de défense, dont Michèle BAZIN DE JESSEY, évolué vers la définition de vins secs avec la possibilité de produire des vins avec des sucres fermentescibles, reflétant ainsi les pratiques du vignoble et l'originalité du milieu.
En 2009, le vignoble est exploité par 34 opérateurs.

Les vins :
Les vins sont blancs et le plus souvent secs. Ils peuvent cependant présenter parfois des sucres fermentescibles.
Ils présentent une robe jaune pâle à jaune doré. Le nez se caractérise généralement par des odeurs ou notes aromatiques florales (acacia, tilleul,...) mêlées à des notes fruitées qui peuvent rappeler la poire, la pêche, le coing, l’amande grillée, le raisin sec, le miel, le tout agrémenté par une touche de minéralité. L'attaque en bouche est ample, grasse, révélant toute la complexité aromatique. La finale est un mélange entre la fraîcheur, la minéralité et une pointe d'amertume qui apportent harmonie et équilibre. Ces vins s'épanouissent totalement après plusieurs années de bouteille. Les vins présentant des sucres fermentescibles ont une aptitude remarquable au vieillissement.

Conditions de production du décret d'appellation :
  • Densité minimale de plantation : 4000 pieds à l'hectare.
  • L'irrigation est interdite.
  • Rendement de base : 55 hl/ha.
  • La concentration partielle des moûts de raisins par les techniques soustractives d'enrichissement est autorisée pour les vins rouges, elle ne peut pas dépasser 10 % du volume du moût de départ.
  • La concentration partielle des moûts de raisins par les techniques soustractives d'enrichissement est autorisée, elle ne peut pas dépasser 15 % du volume du moût de départ.
  • L'utilisation de morceaux de bois de chêne à toute étape de la vinification ou de l'élevage est interdite.
  • Titre alcoométrique volumique naturel minimum : 11 %.
  • Titre alcoométrique volumique total maximum autorisé après enrichissement : 12,5 %.
  • Teneur en sucres résiduels : 3 g/L maximum.
  • Élevage au minimum jusqu'au 15 juin de l'année suivant la récolte.
  • Commercialisation possible à compter du 1er juillet de l'année suivant la récolte.
  • Le nom de l’appellation peut être complété par la dénomination géographique Val de Loire sur l'étiquette.
  • Dernière modification: 20 Mars 2013
    Éditeurs: Sylvain Torchet
    < Page d'accueil Dictionnaires | Top 10 | A propos | Liens | Connexion ^ Haut de la page
    © 2008 Sylvain Torchet XHTML | CSS Powered by Glossword 1.8.13